Dogging

By | 3 de novembre, 2019

(Edu) Nous √©tions √† la maison √† d√©cider quoi faire ce samedi sans gr√Ęce jusque-l√†. Quand j’ai re√ßu un message sur mon t√©l√©phone portable qui disait : ¬ę¬†Attention √† 22 heures¬†¬Ľ. Je l’ai montr√© √† Sandy et je lui ai demand√© :

– On y va, d’accord ?

– C’est mieux que de rester √† la maison.

(Sandy) Nous avions peu de temps, mais si je ne mettais pas longtemps √† m’habiller, nous arriverions un peu plus t√īt. Edu s’est habill√© vite et je lui ai dit :

– Tu sors la voiture du garage et je te retrouve dehors.

Je ne voulais pas qu’il voie les v√™tements que j’allais mettre.

(Edu) Je suis descendu pour prendre la voiture et dès que je me suis arrêté devant la porte, elle est apparue en marchant vite. Je portais un long manteau et des sandales hautes. Je jouais quand elle demandait :

– Vous avez froid, chaton ?

Elle a ri et m’a montr√© ce qu’elle portait sous son manteau :

– Juste un petit peu.

En riant, elle referma son manteau. Le mouvement √©tait rapide, mais je pouvais voir qu’il y avait tr√®s peu de choses l√†-dessous, des v√™tements seulement si c’√©tait intime, parce que je pense que c’√©tait tout ce qui √©tait l√†.

(Sandy) Edu a vite √©t√© excit√© quand il a vu que je ne portais presque rien sous mon manteau. Il n’a rien dit, mais quand la circulation le permettait, il a mis sa main sous mon manteau pour faire des recherches et a trouv√© ma culotte. Il nous a fallu moins d’une demi-heure pour y arriver et, en cours de route, il me pliait quand il le pouvait. Je n’ai pas fait de pipe, bien que je le veuille, parce que c’√©tait mieux d’y arriver vite. L√†-bas, je verrais ce qu’il y a √† faire.

Quand nous sommes arriv√©s, il y avait des voitures gar√©es. J’ai √©teint le phare et je l’ai gar√©. Moins de cinq minutes plus tard, une autre voiture est arriv√©e qui s’est arr√™t√©e sans se garer dans une place de stationnement, a fait clignoter les phares et a allum√© la lumi√®re int√©rieure. J’ai pr√©venu Sandy et on est sortis de la voiture. C’√©tait un talon haut et un manteau excit√©s. Il l’avait d√©boutonn√© et donc tout le monde voyait son corps appara√ģtre de temps en temps. C’√©tait si sexy que pour moi je l’ai bais√©e l√†-bas, mais on √©tait l√† pour voir, au moins avant.

Parmi les autres voitures, les couples sont √©galement partis discr√®tement et lorsque nous nous sommes approch√©s de la voiture, les portes se sont ouvertes et ils ont quitt√© la voiture. Ils ont march√© main dans la main jusqu’√† la rampe. Les deux en noir. Elle portait une robe courte, des bottines courtes et des chaussettes 7/8. Il porte un pantalon et un T-shirt. Elle se pencha comme si elle regardait le paysage et il se tenait derri√®re elle. Nous nous sommes assis sur un banc, face √† eux. Il embrassa le cou, descendit dans le dos et monta sur la robe jusqu’√† ce qu’il l’enleva compl√®tement et la posa sur la rampe. Il a commenc√© √† bourdonner et elle a juste frapp√© son cul, avec ses jambes ouvertes et en baissant la t√™te, mais s’est tourn√© vers lui et accroupie en face de lui, a sorti sa bite et a commenc√© une pipe talentueuse.

(Sandy) Edu √©tait assis √† c√īt√© de moi en train de lisser mes jambes, hors du manteau ouvert pendant que nous regardions la rousse sucer la bite de son partenaire. J’ai pouss√© Edu et j’ai parl√© doucement, puisque l’une des r√®gles est le silence :

– Tu sais qu’elle me rappelle quelqu’un ?

– J’√©tais en train d’y penser. Elle ressemble √† votre amie. Comment s’appelait-elle d√©j√† ?

– Tu penses aussi qu’elle ressemble √† Ayeska ?

Nous nous sommes tus parce qu’un autre couple s’√©tait approch√© et √©tait derri√®re nous. Edu m’embrassait. Une main sur mon √©paule et l’autre entre mes jambes. J’en ai mis un sur le sien pour te donner acc√®s √† ma chatte. Il m’a manipul√©, en mettant ses doigts ou simplement en touchant mon clitoris.

Le sexe en direct est bien mieux que le virtuel. √ätre l√†, n’importe o√Ļ en ville, √† regarder une vraie sc√®ne de sexe, avec mon petit ami qui m’intimide devant d’autres personnes, c’est un des d√©lices du harc√®lement. Danger ? C’est plus excitant, mais l√†, c’√©tait sans danger.

(Edu) La rousse rappelait beaucoup √† Ayeska, mais je ne pouvais pas en √™tre s√Ľr, apr√®s tout, elle est d’une autre ville. J’√©tais excit√© par la sc√®ne et j’ai aim√© la jambe de Sandy, en comprimant ma bite par-dessus mon pantalon, pour avoir de petits plaisirs. Sa chatte √©tait mouill√©e. Elle adore √™tre tenace. Elle aime voir et √™tre l’attraction principale, qui √©tait aujourd’hui le clone d’Ayeska.

Apr√®s que la rousse a fait une pipe, le gars l’a fait se pencher en arri√®re sur la rampe et en faisant semblant de ne pas √™tre devant nos yeux, a enlev√© sa culotte. Il s’est mis derri√®re elle et nous n’avons pas per√ßu rapidement, mais il l’a mis dans le cul de la rousse, qu’il poussait et roulait avec beaucoup de force. me demanda Sandy doucement :

РÇa me suce, minou.

Elle √©tait allong√©e sur le banc, une jambe au sol et l’autre pli√©e sur le banc. Je me tenais devant elle, entre ses jambes et j’ai commenc√© √† la sucer en sirotant le liquide qui en sortait, en passant ma langue dans son clitoris et avec deux doigts coinc√©s dans la chatte. D√©lice de xanininha.

(Sandy) Avec Edu entre les jambes, faisant quelque chose qu’il fait mieux que quiconque, bien que soutenu sur le banc pour pouvoir regarder le couple devant nous, j’ai pass√© une des mains dans mon sein que j’ai enlev√© du minuscule soutien-gorge. S’ils ne jouissaient pas bient√īt, j’en jouirais et comme je ne rejette pas un b√Ęton chaud en moi, m√™me apr√®s une succion aussi savoureuse que celle d’Edu, nous courions le risque d’√©clipser la transe du clone de l’Ayeska. Elle g√©missait pendant qu’il la tirait par les cheveux et nous pouvions entendre sa r√©ponse quand il lui murmurait √† l’oreille :

– Oui, mon seigneur.

J’ai mal √† la bite √† cause de la chaleur. Je voulais le sortir du pantalon et le mettre dans Sandy, mais seulement apr√®s que le couple ait fini. C’√©tait de la torture. Le couple derri√®re nous nous a regard√© et a promu le rail. Elle a pass√© sa main sur sa bite toujours sous son pantalon. Un autre couple √† notre droite a √©t√© serr√© dans ses bras et elle s’est frott√©e le cul contre lui devant lui. Tous les deux habill√©s. J’√©tais en train de sucer et de plier Sandy quand j’ai vu que la blonde derri√®re nous s’appuyait sur le banc avec les deux mains. Elle m’a regard√©, mais son attention s’est port√©e sur l’homme derri√®re elle. Je l’entendais le dire :

– Doucement, Chevalier, je ne veux pas faire d’histoires…..

Et lui derri√®re elle, soulevant la robe noire courte qu’elle portait, il lui mettait la main sur le cul et je ne suis pas s√Ľr de ce que j’ai entendu, mais c’√©tait un compliment √† sa lingerie rose ou autre :

– Rosie, tu sais combien j’aime cette culotte rose Niina.

Je n’entendais rien. Je crois que j’√©tais sourde et excit√©e. On √©tait quatre couples √† baiser au guet et la langue d’Edu en moi me rendait dingue. Quand le couple sur la balustrade a appr√©ci√©, ou du moins il semblait appr√©cier, elle s’est tourn√©e pour l’embrasser et j’en √©tais s√Ľr. C’√©tait vraiment Ayeska. Mais qu’est-ce qu’elle faisait l√† ? Et qui √©tait-il ? Elle lui a chuchot√© quelque chose et certainement quelque chose √† notre sujet, parce qu’il s’est retourn√© et nous a regard√© fixement. Ses yeux avaient un pouvoir inexplicable. Quelque chose d’animal, dominant. J’ai √©t√© hypnotis√©. Ils se sont dirig√©s vers nous en silence. Elle semblait flotter en marchant seulement dans sa culotte. Il a certainement flott√© derri√®re elle. Elle semblait m’ignorer. Il s’appuya sur le banc au-dessus de moi et embrassa la blonde qui s’√©tait appuy√©e √† l’arri√®re de notre banc. Je croyais qu’elle m’avait ignor√©, mais qu’elle avait mis une jambe sur le banc et que son sexe √©tait une invitation. C’√©tait tr√®s pr√®s de mon visage. Tout ce que j’avais √† faire, c’√©tait de lever un peu la t√™te et….

(Edu) Quand j’ai vu Ayeska, maintenant je sais que c’√©tait elle, elle √©tait √† c√īt√© de nous, au-dessus de la t√™te de Sandy et embrassant Niina. L’homme avec Ayeska, qui ressemblait plus √† son ma√ģtre, lui frappa les fesses et la fit se pencher un peu. Sandy a pris la culotte d’Ayeska et l’a embrass√©e. Il me regarda et d’une mani√®re √©trange, sans paroles, je compris tout ce qu’il me proposait. C’√©tait une invitation. Un √©change de postes, de femmes. Il m’a montr√© le cul d’Ayeska. C’√©tait une offre. Irr√©futable. Je me suis lev√© de l√† o√Ļ nous √©tions et nous nous sommes crois√©s dans des directions oppos√©es en faisant le m√™me mouvement d’abaissement de la fermeture √©clair du pantalon. Je me suis pench√© contre Ayeska, qui, sentant un autre homme derri√®re elle, autre que son ma√ģtre, a cherch√© son regard d’approbation et seulement alors a tourn√© son visage pour me donner un baiser avec un go√Ľt de bienvenue. J’ai mis ma bite entre ses cuisses et j’ai re√ßu un baiser de Sandy, qui su√ßait Ayeska en bas. Le Seigneur s’est pench√© sur Sandy et l’a p√©n√©tr√©e.

J’ai vu ce bel homme changer de position avec Edu et j’ai vu quand il cherchait le sexe d’Ayeska. √Ä ce moment-l√†, j’ai senti une b√Ľche m’envahir et mon corps frissonner. Ayeska sur moi a embrass√© Niina et j’ai pu toucher la bite d’Edu avec ma main gauche tandis que de ma main droite je caressais les cheveux de cet homme myst√©rieux et dur. Il l’a gard√© serr√©. J’ai senti sa bite entrer et sortir et un plaisir hallucinant √† marcher √† travers mon corps. Puis il s’arr√™tait. Je ne sais pas ce qu’il faisait. Je sais qu’il s’arr√™terait et que je sucerais la chatte d’Ayeska, offerte devant moi. Sa culotte √©tait minuscule et il n’y avait qu’une seule bande mince qui √©tait sur le c√īt√©. J’ai vu et senti la bite d’Edu entrer et sortir, mais j’ai entendu quand elle m’a demand√©, brisant le silence que jusque-l√† nous faisions :

– Mets-le dans mon cul. Mon Seigneur a promis une autre bite en lui aujourd’hui et je la veux.

Quand j’ai entendu √ßa, je suis devenu fou. La fa√ßon dont elle parlait, comment elle bougeait son corps, l’inhabituel de la trouver l√†, encore plus avec le myst√©rieux Seigneur qui maintenant baisait mon Sandy et le couple devant nous, pratiquement un miroir de nous, m√™me si elle √©tait blonde, tout cela de plus en plus leur sc√®ne baisant sur le rail, tout, absolument tout me faisait vouloir que cela dure une √©ternit√©. J’embrassai son √©paule, je l√©chai son cou, je sentis le doux parfum de ses cheveux tandis qu’une main sentit ses seins, ses mamelons et l’autre, mais sans honte, plus effront√©e, testa son cul. Un doigt est lentement entr√© dans son cul alors qu’elle remuait √† travers l’affection de Sandy et mon contact. Apr√®s le doigt, ma bite. D√®s que je l’ai arr√™t√©, elle m’a dit :

– C’est √ßa – d’une mani√®re longue, lente, s√©duisante, trop longue dans la premi√®re syllabe, presque comme un baiser.

Je l’ai lentement, lentement et sans h√Ęte. Le Seigneur, en entrant dans Sandy, semblait avoir un contr√īle absolu sur sa bite. Il le sortit lentement et le mit comme une serrure, fixant Sandy qui, juste sous la jambe d’Ayeska, gardait un oeil sur l’Ňďil.

Je faisais face √† Niina. Une mignonne petite blonde transfigur√©e en pute accueillant Knight en elle. Il la tenait par les hanches et aimait la regarder faire des raves et rouler. Et en plus, entrer lentement dans Ayeska, la regarder embrasser Niina, sentir la main de Sandy sur mes couilles. Le cul d’Ayeska √©tait beau, diff√©rent de celui de Sandy. Son petit cul chuchota pour me recevoir et reprit le dessus sur moi dans un jeu excitant.

(Sandy) Je voulais vraiment embrasser la chatte d’Ayeska, mais le Seigneur a travaill√© dur sur sa bite en moi. Je ne sais pas comment il a fait, mais √ßa ressemblait √† un de ces vibrateurs rotatifs. C’√©tait une sensation incroyable. Mais je ne voulais pas arr√™ter de boire la trique qu’Ayeska lui a vers√©e entre les jambes. Je ne pouvais pas voir Niina et Knight, juste entendre son g√©missement quand Ayeska l’a embrass√©e ou Knight a fait le sien √† l’arri√®re. Elle n’a pas pu r√©sister. Elle n’a pas pu r√©sister. J’√©tais submerg√©e et je voulais juste, au fond de moi, me moquer de cet √©norme b√Ęton √† l’int√©rieur de moi. Je sentis mon corps se r√©jouir et il me sembla que le Seigneur voyait cela et qu’il √©tait calme, afin que je puisse revenir avec plus d’intensit√©. On va et vient qui me conduisit calmement √† une joie in√©vitable. Une jouissance ? Non, deux. Peut-√™tre trois. J’ai commenc√© √† me moquer et √† me mordre la main pour garder le silence. Niina avait la bouche d’Ayeska pour la faire taire et les trois hommes se ressemblaient, donnant du plaisir aux femmes qu’ils rencontraient presque par hasard. Contenu, compenetrating et bais√©.

Mais il y a une heure que je ne pouvais pas prendre et l√Ęcher prise. J’ai tout laiss√© venir et courant le risque de d√©ranger mon Edu en mangeant le cul d’Ayeska, j’ai rassembl√© le Seigneur et encore plus en moi, comme si cela √©tait possible. Sens ta bite palpiter. Je l’ai regard√© dans les yeux et en prenant le contr√īle, j’ai command√© :

РAppréciez que je veux sentir votre lait battre au fond de vous.

Il me regarda, sourit et attendit. Il attendait que je continue √† m’amuser et juste avant la relaxation totale, je l’ai senti augmenter sa vitesse, sa force et son lait jaillir de sa bite dans ma chatte. Je ne suis pas tomb√©e parce qu’il m’a serr√©e dans ses bras et qu’on s’est embrass√©s. Je l’ai embrass√© reconnaissant pour la joie.

Sandy n’a m√™me pas remarqu√© qu’il aimait en m√™me temps que Niina. Knight l’a tenue par les seins et l’a frapp√©e fort. Elle √©tait en sueur, les cheveux d√©salign√©s, tr√®s belle. Ayeska a tenu son visage d’une main car elle avait besoin de l’autre pour s’appuyer sur le banc. Quand Sandy a serr√© Sandy dans ses bras avec le Seigneur et que Niina en a profit√©, Ayeska s’est tourn√©e vers moi et m’a demand√© :

– Assieds-toi et je te monte.

Je me suis assise sur le banc et je me suis pratiquement appuy√©e contre ma petite amie. Ayeska m’a tourn√© le dos et, tenant ma bite, l’a ramen√© √† son cul. Je pouvais utiliser mes mains pour d√©placer son petit gril, qui √©tait √©norme et tremp√© et sur ses seins. Elle sauta et vit ses cheveux roux voler au clair de lune. Nous avons ri. J’avais envie de rugir √† la lune, comme un loup satisfait de plaisir. Sandy m’a serr√© dans ses bras en souriant, aussi satisfaite et nous nous sommes embrass√©s. Ayeska sur mes genoux respirait √† bout de souffle. J’ai respir√© en essayant de reprendre une respiration normale.

Petit √† petit, on s’est remis sur pied. Sans mots. Sandy toucha le bras d’Ayeska qui se retourna et lui donna un baiser, doux, affectueux. Elle caressa les longs cheveux de Sandy et tendit la main au Seigneur des Histoires, qui se leva et offrit de la soutenir et de la soulever. Il avait dans ses mains la robe qui √©tait rest√©e sur la rampe. Il s’est habill√© et ils sont partis. Niina et Knight s’embrassaient. Ils se sont d√©guis√©s et sont partis sans √©changer un regard avec nous.

On √©tait tous les deux sur le banc. J’ai accept√© l’√©treinte de l’ami d’Edu et j’ai donc √©t√© √©treint en tant que petit ami que nous avons vu que l’autre couple √©tait toujours l√†. On ne savait pas qui c’√©tait. Elle √©tait maintenant allong√©e sur l’herbe, totalement nue, couverte par le clair de lune. Il √©tait √† c√īt√© d’elle, allong√©, lov√©, nu aussi. Nous avons d√©cid√© de ne pas les d√©ranger et comme nos amis, nous sommes partis sans dire un mot. Peut-√™tre que la prochaine fois, on se rencontrera ou pas. Je ne sais probablement jamais qui √©tait ce couple qui nous regardait baiser comme des animaux et qui baisait nus, sans honte au clair de lune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *