Crème de lait et sueur, Patrizia parle de son expérience de vacances.

By | 1 de février, 2020

J’adore l’été, surtout quand vient le moment où la plage est la course au maillot de bain le plus succinct et au string le plus sucé de la plage.

J’ai décidé que cette année aussi, j’affronterai la saison estivale en tant que célibataire, parce que le plaisir de se livrer à une baise sauvage avec le premier qui arrive est trop fort.

Quoi qu’il en soit, j’ai découvert la beauté de taper dans les toilettes de la plage il y a déjà trois ans, lorsque par hasard j’ai découvert un site de rencontres extraconjugales.

J’étais allongé au soleil, et je m’ennuyais avec un autre site de rencontres pour aveugles, lisant distraitement les histoires pornographiques des membres.

Ce qui a attiré mon attention, ce sont les nombreuses critiques extrêmement positives d’un site qui répertoriait les maris et les femmes qui voulaient avoir des relations sexuelles en dehors du mariage.

Bref, une véritable réserve de coqs où vous pouvez paître sans être dérangé !

Je me suis inscrit à la volée, et il va sans dire que j’ai tout de suite été enthousiasmé : à travers les filtres disponibles, j’ai sélectionné la zone de baignade où je me trouvais et, en quelques secondes, j’ai commencé à écailler les profils masculins.
Les différents âges et caractéristiques physiques ont immédiatement chatouillé mes fantasmes, mais ce qui m’a frappé, c’est le profil de Fulvio.

Il était grand, fort et surtout poilu comme je l’aime, c’était un homme marié qui cherchait une femme avec qui libérer quelques fantasmes malheureusement réprimés par sa femme bigote.

Je l’ai accroché en chat, et sans qu’il n’ait la moindre idée de mon physique, je lui ai donné un rendez-vous peu après.
Il a répondu positivement, me signalant la salle de bain, un endroit qui était hors de portée de la foule des baigneurs.

J’ai eu juste le temps de changer de costume, d’en mettre un plus audacieux, et je me suis rendu au rendez-vous.

En marchant vers le but, je me suis rendu compte à quel point j’étais cochon, d’une part parce que l’idée d’y goûter une bite m’a vite excité comme une chienne en chaleur, d’autre part parce que le costume que je portais couvrait à peine les tétons, laissant les larges aréoles brunes très exposées, sans compter que les grandes lèvres étaient très visibles à travers le tissu du bas.

Quand je suis arrivée, j’étais toute chaude, à tel point que de copieuses gouttes de sueur coulaient le long de mon cou pour converger dans le décolleté généreux de mes seins.

Ne voyant personne, j’ai décidé de profiter de l’occasion pour faire pipi.

C’est comme ça que je suis entré dans une de ces latrines et que j’ai trouvé Fulvio en train de pisser.

Je l’ai reconnu à la volée alors que lui, ne me connaissant pas, semblait très gêné.

Je lui ai fait comprendre qu’il était calme parce que c’était moi, Patrizia.

Le sentiment de malaise s’est transformé en un instant en un regard lascif, à tel point qu’il s’est retourné pour me parler sans se soucier de sa bite à la vue de tous.

Il y a eu un moment de silence, et c’est ainsi que j’ai pris le contrôle de la situation, en m’abaissant à la hauteur de son outil.

Il est resté là à me regarder, puis il a pris ma tête dans ses mains, et en même temps j’ai ouvert la bouche.

C’était une pipe lente et contrôlée, et ses gémissements m’ont aidé à me mouiller la chatte en bas.

Il m’a empêché de ne pas jouir, mais rien ne l’a empêché de me faire lécher les gouttes de liquide clair qui faisaient briller sa chapelle.

Puis je me suis appuyé contre le mur, je me suis penché comme un mouton et je lui ai montré mon cul. Il a simplement bougé son string, et s’est mis à lécher la crème du plaisir qui coulait déjà sur mes cuisses.

Il était doué pour ça, le gars ! Je l’ai laissé creuser dans ma chatte pendant plusieurs minutes, pendant lesquelles je suis venu copieusement, puis je l’ai relevé.

Il avait un masque blanc autour de la bouche, comme s’il avait renversé du lait pendant un verre.

Je le léchais selon mes humeurs, tandis que mon corps s’enroulait autour du sien, inconscient de ses cheveux et de mes nichons en sueur.

Bien sûr, on a fini par me baiser avec un gros coup dans la bouche.

Qu’ai-je compris de cette première expérience ?
J’ai compris que je cherchais des hommes qui n’ont pas d’inhibitions, qui aiment le sexe oral et qui ne craignent pas de baiser dans des endroits qui ne sont pas vraiment traditionnels.

Tout cela parce que j’aime absolument l’aventure, les rendez-vous fixés à la dernière minute, mais aussi être éjaculé partout et se faire lécher la chatte pendant que je suce profondément la bite.

En bref, c’est pourquoi je préfère les hommes mariés : ce sont tout simplement les meilleurs, avec peu de prétentions et beaucoup d’expérience.

Serez-vous le prochain ?

✅✅✅Reçoit les histoires érotiques des autres membres ✅ ✅ ✅

☝️☝️☝️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *