Gigolô

By | 9 de avril, 2023

Um

– Emmanuel Magalhães? Je vous arrête. Vous avez le droit de savoir pourquoi. Vous êtes innocent jusqu´à preuve du contraire.Vous pouvez garder le silence et ne pas vous incriminer. Vous avez droit á un avocat.
– Vos mais Magalhães.
– Emmenez-le.
– Asseyez-vous
– Dit votre nom et la profession.
– Manuel Magalhães je travaille à la galeria Fontinelle.
– Vous êtes um gigolô?
– Oui. C´est parfois ce qu´on dit. Um mot plus agréableque celui qu´on emploie, pour mês homologues feminines, mais ça reste pejoratif.Je ne sais pas qu´échappatoire. Une pause.
Temps passé il viens pour um couloir .
– Ça va au´delà du sexo. J´ai toujour su m´adapter J´écoute mês clientes. Je m´intéresse à leur bien être.

Un jour, elles decident de profiter le leur vie sexuelle, et se voilà. Prête à l´aider à assouvir leurs désirs. On se méprend sur le gens comme moi. On croi qu´on se sert de ses talents de séduction, pour mentir, pour tromper. S´ils savaient qui il est, d´où il vient, il ne lui jugeraient pas. Nombre entre eux auraient préféré qu´il reste à sa place, Mais il a trouvé issue “C´est mon travail”. Um travail comme autre. Au bout de compte, on se vend tous en échange d´autre chose.

– Nous ne vous jugeons pas.Nous, Gagnez votre vie commevouv voulez.Vous savez pourquoi vous êtes là.
– Alors, Magalhães, vous connaissiez la victime?

Seis mois avant…

– Qu´est-ce que tu prend? Baisse la musique.
– Ca vas pas?
– Explque-moi ce qui t´arrive.Quand va-tu te calmer? Dit-moi quoi faire, on doit comuniquer.
– Tu peux partir? Enfin tu me parles.
– Hereusement, pas de dégats, dit le chauffeur.
– Allons nous repoer.
– Comment se reposer si ondoit vivre sur le qui-vive?
– Elle n´a pas voulu les mettre ev danger.
– Viens Ana?
– Quoi?

Il imagine son long corps transpirant, sa sensualité naturelle illuminant les lieux, la beauté de ses cheveux attirant les beaux bruns ou noirs irrésistiblement sexy vers elle.
– Ne compliques= pas la situation.
– Il veut brûer la maison, et je suis le problème?
– Détends-toi.
– Tu t´en fiches, c´est pas ta fille.
– Très bien.
– Je n´aime pas être ici. Je ne lui ferai pas le plaisir de se débarrasser d´elle. Il aimerait pouvoir parler à papa. Lui parler dos moments passes ensemble que il oublié. Sous quelle lumière ils sont rencontrés? Se rappela-t-il sa voix. Qu´a-t-il ressenti face aux flames? A-t-il cru que je mourais ausi?

Dans une galerie d´art: elle avait une beauté naturelle capable d´offusquer. Ambiance vital pour chercher l´amour sans lendemain. . La richesse indécente de son mobilier, de ses pentures accrochés aux murs. C´était la plus gland concentration d´hommes cocus pour mètres carrés. Belles femmes de corps sculpturels.
– Superbe?
– C´est pièce maîtresse. Un mandette, Il a mané une vie folle. Movoumenté Jusqu´à-ce qu´il trouve as Femme. Il a compris que l´amour pouvait le sauver.
– Voilà porque ça me Touche.
– J´en doute,  mon chèri, pour ça il faudrait que tu soisb déjà tombé amoureux.
– Tu es en retard, je t´attendais.
–  Je sais. Ça va? Je te raconterais.
– Dolores, Merci
– Raconte. C´est la vie.
– Je te connais. Explique.
– Fais moi un sourire.
– Je ne sais pas plus sourire. Quand je l´ai rencontré, il m´as fascine . Il m´a raconté son passé l´enfance qu´il jamais eue, la quêted de son identité il m´avait si comprensive..
– Si c´est parce que Victor se tape as secretaire, avec sa grosse bite et elle se laisse tomber.
– On nevient pas voir les oeuvres de Minou.
– Je me fiche de victor.
– Je m´inquiete de Julia.
– Tu e s tellement belle, tu as l´air si jeune, C´est injuste pour nous autres.
– Tu sais de quoi Julia a besoin? De s´épanouir. De s´amuser, se faire plaisir, coucher avec un mec de la grosse bitte de Victor.
– Ses hormones doivent la trvailler ne ris pas.
– On parle bien de la même Julia?
– Elle n´a jamais fait l´amour, j´en sui sûre. Ça m´étonnerait même qu´elle ait déjàembrassé quelqu´un.
– Il faut reagir.
– Tu dois reagir.
– Tu crois. Julia ne veut surtout pas de mon a aide. Elle n´a pas besoin de le savoir.
2

Autres histoires érotiques  Le miel qui coulait de ma chatte

– Toi aussi, tu as traversé une periode difficile. Tout a changé quand tu as pris tes désirs en main, c´est pareil pour ta fille.
– Qu´est-ce que tu veut dire? De quoi tu párles?
– Pourquoi on est là?
– Il n´aime pas l´art.
– Ça reste entre nous.
Maintenant Julia trouve Emmanuel dans le couloir de la université. Julia sait maintenant avec quelle facilité peut lubrifier son vagin. Les hommes la regardent dans la rue la sifflent, les regards et certains osent des sourires. Julia Valverde 1m 70 les cheveux de couleur chatâins clairs qui tombent sur ses épaules, les yeux d´un vert émeraude magnifique, ses lèvres sont d´une douceur exquise. sa peau douce, en effet elle est dotée d´une bouche poupeuse soigneusement maquillée d´un rouge d´un peu trop vif. Ses seins sont ronds fermes et doux. Son petit sourire espiégle est un avantage à sa beauté. Un ventre plat naturellement et des fesses rebondies, Les hommes se retournent à son passage finissent par avoir des idées, et parfois des initiative osées. Elle était découverte de dons et un penchant pour l´exhibitionnisme et s´amusait à provoquer dans les divers endroit publics.
– Ne mêle pas tes histoires de drogue à mes affaires, mec. Quand tu frequentes mês clientes. La confiance est très fragile. Et une fois brisée, pas question de la réparer. Au travail…
– Désplé, tu as raison, ça ne se reproduira plus. Je voulais attirer as attention.Il faut que tu sois plus  juste. Je n´aime pas être amis de côté, quand de bonnes opportunités se présentent. Tu em attends plus de moi? C´est reciproque.
– J´y vais.
– On dirais que tu t´es trmpée, sur ce coup-là.
– Il n´est pas malin, mais…Il plaît aux femmes, les clientes l´adorent il fait un sexe complet et bien fait. Je vais arranger ça. Pour toi. Je ne me suis pas trompée. Tu es mon chef-d´oeuvre.
– C´est ça. C´est ça, toue les Femme veulent baiser  avec lui.
– Bom au travail… Ana ta chouchoute, est arrivée.
– Certain y volent la puissance de la résurrection.
– Des connaisseurs sans doute, mais pas moi.
–  L´important c´est ce que tu y vois.L´abstrait, ça ne s´explique pas.
– Ça c´est vrai?
– J´ai lu ça dans le cataluna.
– Veuillez vous asseoir, le vante va commencer.

C´était une vente aux enchères d´oevre d´art. Devant elle une blonde fantastique. La blonde était une maîtresse intelligente, ne se contentait pas de vendre ce qu´elle avait entre ses jambes. Elle offrait surtout de charme, de la sophistication et de la gaieté.

– Dans l´oeuvre de cet artiste de renom, on peut constater la solitude présent em chacun.Les solitudes des habitants des grandes villes. La solitude de gens dans la nature.

Autres histoires érotiques  Les deux beautés m'ont donné du travail !

Au moment d´inicier dans une bibliothèque Magalhães baise la madame sans pudeur la laissant remplie de spemes qui coulent sur ses jambés. Elle est folle pour le Gigolô.

– J´adore te voir près de moi.
.
– Je me demande parfois si le secret d´une relation parfaite est de ne pas trop se voir. Nous deux par exemple. Ce serait différent si on vivait ensemble? Si je preparait sa valise quand tu pars en Voyage? Ou si tu travallait dans son labo? Tout bien reflechi, une Femme derait avoir deux hommes. Dans sa vie. Un partenaire amoureux qui paye le comptes et un partenaire sexuel.

– Qu´en pénse tu?
– Je suis prête à soutenir cette cause.
– J´adore t´avoir près de moi. Et je me demande tu serais aussi efficace avec d´autres?
– Comment ça?
– Ça va te sembler étrange.Je Cherche quelque chose pour m´aider
– Quelque chose?
– On a une relation compliquée depuis des années. Mon mari est mort dans horrible accident de voiture,J´étais complètement brisée. Victor était le meilleur ami de mon mari.Il s´occupé de tout: la maison, le labo,moi.Et ça a crée um fosse entre nous.

Dans la centrale de police:

– Comment ça fonctionne, un Gigolô?
– Comment rencontrez-vous les clientes?
– Graces à Minou. Elle est comme mère pour moi.

Si je craquais une allumette au coeur de la nuit,
Je ne illuminerait que ma noirceur
Le bonheur est une fête
À laquelle je ne suis pas invitée.
Tous ceux-là, dehors,
Parlent pour combler le vide.
Mon silence les gene.
Ils s´intéressent à moi,
Mais pas à ma douleur.
L´air est vicié, mais ils disent:
Le soleil ne nous rechauffe pas,
Les gens s´éloignent.
Une fois encore,
Ce feu inextinguible nous concome
Et nous atire en même temps.
Le combustible, l´oxigène, la chaleur
Ce triangule à l´origine de leur yeux.
Si je pouvais retirer um de ces elements,
J´éviterais la flamme.
Je ne sais pas parler
De la pluie et du beau temps.
Je suis um cri étouffé dans un bocal
Que personne m´entend
Une issue? Peu importe.
Je suis seule, mais je suis là.
J´avance les yeux fermés.
Je travesse le feu purificateur.
La vie peut changer en un instant.
Une fragilité perverse
Qui détruit les amitiés.
Que nous laisse suspendus
Au bord du précipice.
On m´a refuse jusqu´au droit de me taire.
Le bruit est incessante
On change.
On ignore qui on était,
Qui on est,
Et qui peut devenir
L´harmonie apparaît quand je peins.
Quand je Regard le ciel depuis le toit.
Quand j´entends la voix de papa.
Le souvenir s´efface.

Un jour il reencontre son frére dans la rue.

– Je suis émmanuel.

Dans la centrale de police:

– Je ne suis pas meurtrier. Je tenais beaucoup à elle.
– Ce n´est pas que professionnel?
– Mentiez-vous solvente à vos clientes?
– J´ai longtemps travaillé avec des femmes,je n´ai jamais connu de situation violenta.
– Leur avis serait intéressant.Je doute qu´elles veuillent témoigner. Celles que vous embauchent préfèrent rester anonymes, je me trompe?
– Je ne ferais jamais ça.
– La victime était chez vous. La serrure n´a pas été forcée.son corps était dans le salon et la porte était fernée à clé.
– La porte de la cuisine est cassée. Ça peut être n´importe qui.
– Asseyez-vous, prend un verre d´eau..
– Qui avait les clés de chez vous?
– Écoutez, personne dans mon entourage n´aurait pu faire ça.
– Donc peut importe. Tout indique que la victime connaissait son meurtrier.Si ce n´était pas vous.Qui était-ce?
– Ça, c´est votre travail, non?
– Trouvez le coupable.
– Ça n´a rien à voir avec le meurtre? Sang dans sa voiture?

Autres histoires érotiques  Ami doué et ma femme coquine

Dans un appartement d´une millionnaire sont tous les deux nus. il dégage une puissance animale qui perturbe Julia plus que de raison. Sans qu’elle s’en rende même compte, son corps est particulièrement réceptif aux phéromones libérées par le mec parfaitement conscient de sa puissance sexuelle. Lorsqu’elle ferme les yeux, apparaissent alors des images de lui dont l’énorme chibre est en train remplir Julia. Quand la grosse courgette atteint enfin le fond de son con, Julia jouit en criant de plaisir. Cette sensation d’être remplie la ravit et elle ne peut s’empêcher de s’imaginer subissant les assauts d’un étalon doté d’un membre démesuré.

3

Elle avait decide de prendre le tareau par les cornes et de vivre bien, profiter et aimer. À ce moment là, lui et elle étaient dans la même société. Une attraction animal irréflechie. Pour la première fois de sa existence elle avait eu le sentiment que peut-être elle pourrait se lier à quelqu´un de façon durable.

Mère… Il y a um problème dans la compta. Tu as fait ungros retrait d´argent, et tu ne m´as rien dit.
– Tu parle de mon compte et de mon argent? J´em fais ce que je veux.
– Notre argent, tu veux dire. C´est l´argent de l´entreprise, pas seulement tien.
– Tu ne peux pas en faire ce que tu veux..
– Tecniquement, c´est une Entreprise.
– C´est plus que ça. C´est une societé et beaucoup de gens em dependente y compris toi et moi.C´est inquiétant.
– Arrête, Julia. Tu es ma fille, tu connais mon histoire. Je suis partie d´absolument rien. À chaque chute, je me suis relevée, et je me relèverais toujours.
– Comment tu vas t´em sortir?
– Par une partie de poker?

Dans la maison parlent avec Emmanuel.

– J´ai horreur de la paperasse. Passons um accord oral.Juste un accord.
– Je sais, mais tu es ma porte d´entrée.
– Mère… Je maîtrise la situation.
– Arrête de te prendre pour ma patronne.
– Je vois ce qui se passe. Tu avais payé dette de jeu.
– La discrétion est la clé de ce monde.
– Qui est-ce que ce passe?
– Si seulement tu étais arrivées un peu plus tôt. Je´ai perdu mes clés.
Ce qui est fait est fait. J´ai de bonnes nouvelles. Tuas um nouveau boulot: Tu pars Quelques jours à New York avec une cliente,
– Quand?
– Demain. Tu n´a rien de prévu. Um problema?
– Non. Ça va
– Super.
– Maria splendore dos anjos diplomate. C´est as première fois., elle est mariée il faudra être très discret, sois très prudente.
– Je t´en p´ris, Flor, j´ai l´habitude.
– Je sais que tu es le meilleur. Elle est nerveuse, elle se fait du souci. On est à nouveau dans le rouge, Franchement, je ne sais plus comment lui parler..
– Qu´est-ceque je ferais sans toi?
– Rien de tout.
– Prépare ta valise, je l´apporterait àl´aeroport.

Le jour suivant emmanuel été pour assassinât.

Fin
Ivan Ribeiro Lagos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *