J’ai baisĂ© ma belle-soeur sexy

By | 8 de juin, 2020

Une fois, ma femme a dĂ©cidĂ© d’appeler sa sĹ“ur pour qu’elle vienne avec nous. C’est la plus grande tentation que j’ai jamais connue. J’Ă©tais assis sur le canapĂ© du salon et cette vilaine fille passait devant moi avec ce petit short dont je ne voyais guère les fesses, puis elle l’a accrochĂ© Ă  la fenĂŞtre en laissant pratiquement tout dehors. Elle s’est assise sur le canapĂ©, face Ă  moi. Ma bite Ă©tait dĂ©jĂ  palpitante. Et voir sa culotte m’a rendu follement excitĂ©.

Nous avons passĂ© l’après-midi Ă  boire. Je ne pouvais pas oublier tout ce que j’ai vu. Ma femme est allĂ©e se coucher et nous avons bu. Elle avait un regard pĂ©nĂ©trant. Et quand elle s’est approchĂ©e et s’est mordue les lèvres, lol

J’ai mangĂ© la chienne de ma belle-sĹ“ur
J’avais besoin de soulager la tension, et cette vilaine fille tenait le bâton et disait qu’elle voulait me baiser. Que j’Ă©tais fou de faire avec elle tout ce que je fais avec ma femme. J’Ă©tais dĂ©jĂ  fou, ma bite palpitait, elle Ă©tait si dure qu’elle rentrait Ă  peine dans mon short.

Nous sommes passĂ©s près de l’Ă©tal, elle a ouvert mon short en tenant ma bite et a tout enfoncĂ© dans cette petite bouche charnue. Quel plaisir pour une femme.

J’ai mis mon doigt sur sa chatte, elle courait. Elle gĂ©missait et me demandait de mettre ma bite dedans. Je la laisse beaucoup mendier.

Je l’ai allongĂ©e et j’ai enfoncĂ© ma langue dans cette chatte charnue. Je l’ai mise Ă  quatre pattes et lui ai fait ressentir ce que ressent le chien de ma femme. Que c’est un bâton Ă©pais entre ses jambes.

Elle gĂ©mit comme une folle. Et ma bosse n’a cessĂ© de grossir. Je la frappais fort, disait-elle :

  • « Jette ma chatte comme si tu Ă©tais un cheval et je suis ta jument.

Cette femme me rendait fou. Elle a Ă©cartĂ© ses jambes et m’a demandĂ© de la frapper de plus en plus. Je serrais ces petits seins ronds et je pompais cette chatte.

Elle s’est mise Ă  quatre pattes et a ouvert son cul en montrant ce qu’elle voulait. J’ai mangĂ© son petit cul et je l’ai laissĂ© tout cassĂ©. Le mauvais Kkkk pouvait toucher mon cul si fort qu’il brĂ»lait.

Nous sommes descendus Ă  la maison et en arrivant, ma femme Ă©tait encore couchĂ©e lĂ . Mais dans une position qui m’a donnĂ© envie de manger ce cul aussi. J’ai pris un bain et j’y suis restĂ©. La petite salope a juste regardĂ© autour d’elle et a souri. Comme je le disais, lol, pendant qu’elle dormait, nous grimpions en chaleur.

Elle est venue chez nous. Et chaque fois que nous avions une chance, je la laissais se satisfaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *