Nudisme en famille

By | 8 de mars, 2020

Cette histoire est totalement fictive.

En plein mois d juillet, une famille est parti en vacances a la campagne dans le sud de la France.
La maman, Sophie. Le papa, Alex. La fille aînée, Julie et le fils Angel. Les deux enfants sont âgées de 20 et 19 ans.
Cette famille n’a aucun secret, ils sont tous ouvert d’esprit et n’ont aucun tabou.
Pour la première fois, ils vont vivre l’expĂ©rience du naturisme, c’est l’étĂ©, il fait beau, ils en profitent !
Mais cette première expĂ©rience, il va falloir s’y habituer… car le mot d’ordre de ce petit « village » naturiste, c’est d’être totalement nu dans n’importe quelle circonstance. (En faisant les courses, en allant au restaurant, a la plage…), mais surtout n’avoir aucun jugement sur personne.

La famille, vie dans un petit bungalow. 1 salle de bain, 2 chambres, un salon et une cuisine.
Après 6 heures de routes, ils y arrivent enfin. Évidemment, la première chose qu’ils remarquent sont les gens tout autour d’eux entièrement nu, sans complexe. La libertĂ© !
Après être sortie de la voiture, ils investissent le bungalow…
– C’est restreint comme endroit… dit Sophie.
– Et les murs sont fin. Lui rĂ©pond Julie sur le ton de l’humour.
– Bon, eh bien je crois qu’il faut qu’on s’y mettent… s’exprime Alex.
Chacun a trouver sa chambre, Julie et Angel ensemble, et évidemment Alex et Sophie dans la leurs…
Après avoir correctement ranger les affaires des uns et des autres, l’heure de se mettre Ă  nu arrive… et au dĂ©but, tout n’est pas si simple…
– Pas trop stressĂ©e de te mettre nue devant des inconnus chĂ©rie ?
– Oh non, ça va aller. Et toi ?
– C’est pas tellement les inconnus qui me stresse, mais plutĂ´t les enfants…
– Ils sont grands, et puis je penses qu’ils auront plus peur que toi. Lui rĂ©pond Sophie avec humour.
Alex retire ses sous vêtements, et la…
– Houla, t’es en Ă©rection mon amour…
– Difficile de me contrĂ´ler, avec toi en face de moi.
– J’ai lu dans un magazine que c’est assez courant la première fois.
– Ça passera, j’espère assez vite !

Chapitre 1) La première fois

Pendant ce temps, dans la chambre des enfants…
– Bon… tu sors ? Demande Julie a Angel.
– Pourquoi faire ?
– Que je ne me dĂ©shabille pas devant toi…
– On se verras de toute façon entièrement nu tout a l’heure…
– Oui je sais, mais bon ça fait bizarre quand mĂŞme !
– Haha c’est pas faux, bon je commence… retourne toi si tu veux…
Julie se retourne, pendant que Angel se déshabille derrière elle. Malheureusement, il a aussi le même problème que Alex…
– c’est bon, je peux me retournĂ©e ?
– euh… oui si tu veux… lui rĂ©pond il gĂŞner.
– haha pourquoi tu garde ta main ?
– J’ai euh… un problème, que seul les hommes peuvent comprendre…
– je vois, je vois… c’est naturel, tant fait pas ! Bon je me lance…
Devant Angel, Julie commence a se dĂ©vĂŞtir… elle retire son tee-shirt, libĂ©rant immĂ©diatement ses petits seins, sous le regard d’Angel. Ensuite, elle relève sa jupe et laisse entrevoir lĂ©gèrement sa culotte blanche, puis elle retire entièrement sa jupe jusqu’en bas des pieds.
Elle jette un coup d’œil sur Angel, et ça semble lui plaire… elle se retourne, dévoilant son petit fessier avec son string qui lui entre, entre les fesses… délicatement elle le retire, et la voilà totalement nue.
– Je retire ma main, si tu retire la tienne, Angel.
– Ok… mais sache que ce n’est pas toi qui me fait cet effet la, hein.
– Haha sympa… non t’inquiètes !
Angel enlève sa main, dévoilant son érection malgré lui.
Julie en fait de même, dévoilant a son tour son vagin totalement rasé.
– Bah dis donc, tu rigole pas quand tu es en Ă©rection toi !
– Je crois que je n’est jamais eu une aussi grosse Ă©rection… bon bah voilĂ , on sors ?
Ils rejoignent leur parent dans le salon.
– Je suis contente que vous ayez jouer le jeu ! Et euh… c’est de famille, ça apparemment… (Sophie lance un regard a l’entre jambe de Angel)
– C’est pas grave mon fils, d’après ta mère ça va passer.
– Oui j’ai lu ça dans un magazine… et puis si ça passe pas, je sais comment faire passer l’envie…
– ArrĂŞte pas devant les enfants !
– Euh… oui, je sais comment faire passer l’envi a votre père ! Quand a toi Angel… en solitaire…
– Comme d’habitude hein. Lui rĂ©pond il.
– Bon, nous allons faire un tour a la plage, vous venez avec nous ?
– D’accord maman, j’arrive !
– Euh moi, je vais essayer de faire passer mon erec… enfin bref, avant de sortir !
– D’accord, bon courage a tout a l’heure Angel !
Les voilà partis en direction de la plage, mais Julie a oubliée sa serviette et retourne au bungalow…

Chapitre 2) l’observatrice

En ouvrant la porte de la chambre, elle tombe sur Angel entrain de se masturber, avec un sextoy a coter de lui.
La porte entre ouverte, il n’a pas remarquĂ© la prĂ©sence de Julie qui observe la scène.
Dans son sac, il se saisit d’un lubrifiant spĂ©cial, puis l’étal sur le sextoy.
Allongé sur le dos, sur le lit, il écarte les cuisses… a l’aide de sa main encore pleine de lubrifiant, il se caresse les parois de son anus, tout en exécutant des petites pressions pour y insérer un doigt, puis deux, pour y pénétrer enfin le sextoy, au moins 12cm, en faisant des vas et viens plus ou moins rapide, tout en se masturbant.
Que Angel se masturbe, rien de choquant pour Julie, elle le savait dĂ©jĂ  et c’est tout naturel. Mais aujourd’hui, elle vient d’apprendre un très grand secret sur son frère !
Difficile pour elle de contenir son excitation, sans son rendre compte, son vagin est tout humide et elle n’a qu’une envie, se masturber la tout de suite.
Mais elle s’y refuse, bien que cette scène soit très excitante, c’est son frère !
Elle l’observe jusqu’à la fin, pour le voir éjaculer et enfin pouvoir entrer dans la chambre récupérer sa serviette. Soudain, elle le vois jouir avec un jet de sperme qui lui rempli le nombril.
Julie recule doucement jusqu’à la porte d’entrée, pour la faire claquée et avertir Angel de son arrivée.
– Eh oh p’tit frère, c’est moi je viens rĂ©cupĂ©rer ma serviette.
Elle ouvre la porte de la chambre, Angel est debout face Ă  elle le ventre encore plein de sperme, qu’il n’a pas eu le temps d’essuyer.
– Je vois que ton problème est rĂ©glé…
– Euh, oui.
– Cool tu vas pouvoir venir avec nous !
– Bah ouais du coup.
– Essuie toi quand mĂŞme, tu t’es Ă©jaculer partout sur toi pauvre fou.
– PrĂ©viens la prochaine fois quand tu entre a l’improviste, j’ai pas eu le temps de me laver.
– D’accord… je ne voudrais pas te surprendre dans tes moments les plus intimes… !
– Merci, c’est du domaine du privĂ©, très privĂ© la.
Julie tourne la tête, mais n’aperçoit plus le sextoy. Il a du le ranger précipitamment.
Les voilà enfin a la plage, tranquillement allongé sur le sable chaud. Le soleil brille de mille feu, alors Julie propose a Angel de lui mettre de la crème solaire sur le dos. Il lui étal du haut des épaules, jusqu’à la raie des fesses, sous les yeux des parents…
Plus tard, pour se refroidir Alex et Julie dĂ©cident de partir dans l’eau, tendis que Angel et Sophie restent allongĂ©s ventre sur le sable cĂ´te a cĂ´te.
– Ça va mieux Angel ?
– Ça va beaucoup mieux.
– Je peux te dire quelque chose ? Ne le prend pas mal.
– Oui dit moi.
– Je sais que ça peut ĂŞtre excitant, tantant, parfois des idĂ©es peuvent nous traverser l’esprit, mais n’oublie pas que nous sommes en famille, et que Julie c’est ta sĹ“ur hein.
– Évidemment, pourquoi tu me dis ça ?
– Je sens comme un gros rapprochement entre vous. Tu as eu une Ă©rection en lui mettant la crème, pas vrais ?
– LĂ©gère oui, mais je me suis contrĂ´ler.
– Évitez juste de faire trop ça en public.
– Non mais il n’y a rien, t’en fais pas.
– Ça me rassure. Regarde un peu, il y a de jolies filles de ton âge, profite.
– Je vais profiter oui, un maximum…

Chapitre 3) Le dîner

Plus tard dans la soirĂ©e, l’heure du dĂ®ner dans un restaurant spĂ©cial. Tous sont très bien installĂ©s autour d’une table basse, très basse, assis sur des coussins par terre pour pouvoir manger. Difficile tout de mĂŞme de trouver la bonne position pour manger… la meilleure consiste d’être assis normalement, talon au sol et genoux en haut. Seul inconvĂ©nient, ils mangent face Ă  face et les sexes, les grandes lèvres vaginales sont extrĂŞmement voyantes car ils sont obligĂ©s d’écarter les cuisses pour tenir l’équilibre… Alex est face Ă  Julie et Sophie face d’Angel. Il est difficile de regarder ailleurs, sachant que les assiettes sont justes en face.
Au menu, fruits de mer. Tout ce mange avec les doigts, et ce n’est pas simple. Sophie s’est renversée de la sauce sur son vagin.
– Oh zut !
Elle s’essuie dans un premier temps avec ses doigts, mais elle Ă©tal la sauce partout.
– Quelqu’un a une serviette… ah merci.
– Je te nettoierai ça en rentrant…
– Roh arrĂŞte…
– Plus besoin de lubrifier…
– Mais… !
Angel et Julie sont hyper mal Ă  l’aise, mais prennent ça avec beaucoup d’humour.
Plus tard dans la soirée, ils rentrent au bungalow.
Angel arrive le premier, et il fil directement prendre une douche.

Chapitre 4) Le secret

Les autres en attendant, s’installent devant la tĂ©lĂ©. Ils regardent un film qui a commencĂ© depuis de longues minutes, mais soudain, une scène très Ă©rotique vient bouleverser ce petit moment dĂ©tente en famille.
Cette scène diffusée à donner des idées à Alex, qui malgré lui subit une grosse érection incontrôlable, sous les yeux presque choqués de Julie, mettant sa main devant sa bouche pour faire mine qu’elle n’a rien vue.
Le père très mal a l’aise, n’ose pas bouger ni rien dire.
Mais Sophie est tĂ©mointe, elle lui propose de l’accompagner dans la chambre pour lui faire passer l’envie avec une petite fellation.
Julie se retrouve seule sur le canapé dans le salon, c’est son petit moment intime et elle compte bien en profiter pendant que les autres sont à leurs occupations…
Elle s’installe confortablement en mettant une jambe sur l’accoudoir du canapĂ©, pour bien Ă©cartĂ©es ses cuisses et y faire glisser sa main sur cette zone très humide, pour y insĂ©rer quelques doigts en faisant des vas et viens dĂ©licatement, tout en se caressant les seins avant de goĂ»ter a sa cyprine plein les doigts en sortant de petits gĂ©missements de plaisir, tout ça pendant de longues minutes… sous les yeux de sa mère qui l’observe dĂ©jĂ  depuis un certain temps, mais qui ne s’est pas interdit de se caresser elle aussi en regardant sa fille prendre du plaisir. Soudain…
– Oh maman ! Dit Julie surprise. Elle se rassied normalement.
– Bah alors, tu fais quoi lĂ  ?
– Rien, dĂ©jĂ  fini avec papa… ?
– Oui, il en avait bien besoin…
– Je vois ça, je crois que tu n’a pas enlevĂ© tout le sperme sur tes lèvres…
– Oups ! Tu n’as rien vu hein ! Mais moi j’ai tout vu, depuis tout Ă  l’heure, Julie…
– Ouais, dĂ©solĂ©e ! Je ne voulais pas faire ça la comme ça, mais je n’ai pas rĂ©ussi Ă  me contrĂ´ler…
– C’est pas grave, je pratique rĂ©gulièrement la masturbation moi aussi, il n’y a pas de mal a nous faire du bien. Mais imagine si Angel t’aurait surpris, par exemple… Il vaut mieux Ă©viter de te faire prendre car ça peut donner des idĂ©es, mĂŞme entre frère et sĹ“ur.
– Il n’y avait pas trop de risques, j’entendais la douche, et toi je pensais que tu t’étais couchĂ©e avec papa…
– J’ai aussi besoin d’une douche, je pensais qu’il serait sortie, c’est pour ça que je ne dors pas.
– Je peux te poser une question, ne m’engeule pas !
– Ça dĂ©pend quoi… haha.
– Il n’y a pas de mal si je me fais plaisir, mĂŞme si nous sommes toi et moi dans la mĂŞme pièce ? Sans les garçons Ă©videmment !
– Moi personnellement ça ne me dĂ©range pas, mais je n’ai pas trop envie que les garçons te surprennent.
– Donc lĂ , si je me fais du bien tu t’en fous ?
– Bien sĂ»r ! Mais tu restes ma fille, donc il n’y aura jamais rien de sexuel entre toi et moi.
– Hahaha bah oui normal !
– Après je ne suis pas contre de nous faire du bien mutuellement, mais chacune de son cĂ´tĂ© face a face par exemple. Il n’y a pas de mal a nous regarder nous faire du bien !
– Bon a savoir…
Les jambes serrĂ©es, Julie se glisse dĂ©licatement un doigt sur son vagin, puis Ă©carte ses cuisses pour se masturber correctement sous les yeux de sa mère ! Sa chatte pleine de cyprine, lubrifier comme jamais auparavant, prĂŞte Ă  accueillir n’importe quoi en elle… Julie se frotte la chatte de plus en plus vite en y insĂ©rant ses doigts, puis sa main presque entière.
Sophie n’en perd pas une miette, elle est mĂŞme Ă©tonnĂ©e, et mĂŞme stupĂ©faite ! Contre toute attente, ça commence Ă  l’exciter de voir sa propre fille se masturber devant elle, presque sans gĂŞne.
Elle s’installe correctement sur le canapĂ©, dos sur l’accoudoir, une jambe sur le coussin et l’autre par terre, dĂ©voilant entièrement sa chatte rasĂ©e a sa fille.
– Je t’excite maman… ?
– Ce n’est pas bien mais… je crois que oui !
Sophie se caresse les seins en se pinçant lĂ©gèrement les tĂ©tons, descendant jusqu’à ses hanches pour arriver a son clitoris, qu’elle branle comme une petite bite.
Julie se lève, et reviens sur le canapĂ© avec une banane qu’elle a rĂ©cupĂ©rĂ©e sur la table. Toujours sous le regard de sa mère, elle se l’introduit en elle poussant un grand cri de jouissance, accĂ©lĂ©rant les va et viens a en faire dĂ©gouliner sa cyprine partout sur le canapĂ©.
Sophie, elle s’introduit deux doigts dans son anus dĂ©jĂ  lubrifiĂ© par sa salive.
La mère et la fille se font plaisir ensemble tout en s’observent, heureusement que les garçons ne voient pas ça…
– Je ne savais pas que tu apprĂ©ciĂ©e l’anal, maman…
– Plus que tu ne le pense…
– C’est-Ă -dire ?
– J’aime me dilater, le plus possible, et Alex fait ça très bien. D’une part, avec son… hein tu vois, et en mĂŞme temps avec un sex-toy…
– Quoi ?! Un sex-toy et le pĂ©nis de papa ensemble ?
– Exactement ! Nous faisons ça depuis 10 ans, c’est presque quotidien maintenant.
– Je ne te pensais pas aussi coquine ! Tu m’en cache des choses…
– On ne dit pas tout a ses propres enfants…
– Et tu as d’autres « fantasmes » ?
– Euh, voyons voir… pour ĂŞtre totalement honnĂŞte avec toi, et j’espère que tu ne le diras Ă  personne… en fait c’est gĂŞnant de te dire ça…
– Dit moi tout, tu sais que je n’irai le rĂ©pĂ©ter a personne !
– Bon… (Sophie parle doucement). Il y a 2 ans, nous avons eu une expĂ©rience ta cousine et moi…
– Maman… quoi ?!
– Chut… nous l’avons regrettĂ©e longtemps… mais depuis quelque temps j’y repense, et j’ai vraiment envie de revivre un moment pareil ! Mais peut-ĂŞtre ĂŞtre avec quelqu’un d’autre hors de la famille…
– How… je ne m’attendais pas a ce genre de rĂ©vĂ©lation…
– En fait, savoir que c’est une femme qui te fait du bien, qui te lèche la chatte, qui te caresse, c’est une sensation vraiment excitante mais aussi bizarre… caresser une autre femme qui a la peau douce, l’embrasser langoureusement, c’est… houa !
– Maman arrĂŞte stp !
– Oui pardon je m’emporte !
– Nan c’est pas ça…
– C’est quoi alors ?
– Ça m’excite… ! Maintenant j’ai surtout envie que quelqu’un vienne me lĂ©cher tu vois…
– Et moi dont…
– Regarde j’en mouille le canapé… mmh… c’est bon…
– Vas-y ma fille, lâche tout !
Julie accĂ©lère sa masturbation, en poussant des petits cris de jouissance incontrĂ´lables, quand soudain, un jet d’eau sort de son vagin… elle hurle un orgasme ! En espĂ©rant qu’elle n’est pas alertĂ© les deux garçons…
– Tu es une femme fontaine, Julie ?
– Mmh… oh putain c’Ă©tait hyper bon !! Oh la vache ! Non, c’est la première fois que ça m’arrive… pff j’ai chaud !
– Aller va prendre ta douche, j’ai cru entendre Angel sortir. Je vais nettoyer rapido en attendant.
– Merci maman…
– Eh ! C’est notre secret, d’accord !
– Évidemment maman, je t’aime !
Alex dors toujours et Angel sort seulement de la douche, malheureusement pour eux, ils n’ont rien vu et rien entendu. Ce secret risque donc d’être bien gardé… mais cette soirĂ©e-lĂ  , n’est pourtant que le dĂ©but !
La nuit va ĂŞtre agitĂ©e pour Julie et Sophie, qui ne font que repensĂ©e a cette soirĂ©e hors du commun. Jamais elles n’auraient cru vivre ça toute les deux.

Chapitre 5) plaisir matinal

Le lendemain matin, 7h.
Tout le monde dors encore, ou presque. Encore dans le lit mais bien réveiller, Angel se masturbe sous les draps. Le frottement de sa main résonne dans la pièce, la où dors encore Julie, mais plus pour très longtemps.
Ce léger frottement et le petit grincement du lit, ont eu raison d’Angel.
Dans le lit a cĂ´tĂ©, Julie est sur le cĂ´tĂ©, dos a lui les yeux grands ouverts. Elle se doute très bien de ce qu’est en train de faire Angel, mais pour ne pas le dĂ©ranger, elle reste immobile. Mais Ă  dire vrai, c’est excitant de l’imaginer se masturber, la juste derrière elle. Alors oui, dĂ©licatement elle dirige sa main sur sa chatte dĂ©jĂ  très humide, puis elle commence Ă  se caresser et a Ă©cartĂ© ses grandes lèvres pour y laisser entrer ses doigts sous son pyjama pendant plusieurs minutes.
Angel commence Ă  avoir chaud, il jette un coup d’œil sur Julie pour ĂŞtre certain qu’elle dort encore, puis retire les draps pour se mettre plus Ă  l’aise. Son pĂ©nis est dĂ©sormais a l’air libre.
Julie est excitĂ©e, elle n’a qu’une envie, c’est se retournĂ©e et admirer encore le sexe bien dur de son frère. Aller, elle se lance ! Elle se retourne en faisant encore semblant de dormir. Angel hĂ©site a ressortir son pĂ©nis, il suffit qu’elle ouvre les yeux 1 seconde et elle le verrait se branler… mais il prend le risque ! Il reprend donc doucement la masturbation, elle aussi. Elle le regarde d’un seul Ĺ“il, elle regarde ce pĂ©nis bien dur, qui ne demande qu’à ĂŞtre mis en bouche ou dans un anus bien serrer.
Elle se l’imagine en elle, dans sa chatte rasée et complètement lubrifier par sa cyprine.
Elle s’imagine sur lui enfourchant sa queue entièrement en elle, puis la sucer a en baver pour se la mettre dans le cul.
– Oh mon frère, encule moi. Encule ta sĹ“ur ! DĂ©fonce moi le cul comme papa le fait avec maman ! Je m’offre a toi ! Prend moi comme tu prendrais ta petite amie et jouit en moi ! Fait moi dĂ©gouliner le cul de ton sperme ! Oh oui !!!
Angel balance la sauce sur ses mains, Julie referme les yeux…

Chapitre 6) révélation

9h, Julie se lève et rejoint sa mère qui prend le petit déjeuner au salon.
– Bien dormi ?
– Nuit pas terrible, des tonnes de pensĂ©s mon traversĂ©e l’esprit.
– Pareille… excuses moi pour hier soir et les choses que je t’es dites.
– C’était surtout ça mes pensĂ©es… te voir te masturber devant moi, et ton expĂ©rience avec ma cousine, j’ai tout imaginĂ©. Tu sais pas a quel point ça m’excite !
– Je n’ai pas beaucoup dormi non plus, j’ai surtout repensĂ© a ce que nous avons fait hier soir.
– Nous n’avons rien fait de bien mĂ©chant, juste une masturbation entre mère et fille, et en plus chacune de notre cĂ´tĂ©.
– J’ai envie de revivre ce moment-lĂ  lĂ  avec toi…
– Et moi dont ! Qu’est-ce qui nous en empĂŞche ?
– Rien c’est sur, mais Alex est parti chercher des croissants et Angel pourrait se lever d’un moment Ă  l’autre.
– Je trouve ça plutĂ´t excitant, le risque de nous faire prendre… pas certaine que ça me dĂ©plaise d’ailleurs !
– Ah oui… ? Que ton frère ou ton père nous voient prendre du plaisir ensemble ça ne te dĂ©range pas ?
– C’est sur, sur le coup je serai mal Ă  l’aise ! Mais bon, toi tu es bien ma mère… et puis… euh… nan oublie.
– Quoi donc ? Dit moi !
– Nan j’allais dire une Ă©norme connerie ! Pardon !
– Roh aller, je t’ai bien dit mon secret hier !
– Bon ok, mais surtout chut ! Et ne me juge pas stp.
– D’accord.
– En vrai… pff ce n’est pas facile a dire !
– Lâche-toi, Julie !
– Bon ok, j’y vais ! En gros, j’ai vraiment envie de faire l’amour depuis hier, j’ai vraiment envie d’un sexe en moi. Et… j’ai surtout envie du sexe d’Angel ! Quand je le vois en Ă©rection je mouille toute seule, c’est… plus fort que moi !
– Je m’en doutais un peu. Ta façon dont tu le regardes en dit long, mais ça reste ton frère et je prĂ©fèrerais qu’il n’y ait pas de relation… mais je ne suis pas contre que vous vous fassiez plaisirs a distance, comme nous hier soir !
– Oui, je comprends.
– Par contre si tu souhaites un sexe en toi, j’en ai un artificiel a te prĂŞter…
Sophie va dans la chambre rĂ©cupĂ©rer son gode pour l’offrir a Julie.
– VoilĂ , mon gode fĂ©tiche ! Tout propre, il est tout a toi ! N’oublie pas de me le rendre quand tu auras fini.
– C’est celui avec lequel tu te dilates… ?
– Oui !

Chapitre 7) Merci maman

Julie accepte le gode de sa mère. Elle est assise sur la chaise, les jambes Ă©cartĂ©es sous la table du salon. Sophie est en face d’elle.
Julie n’a jamais utilisĂ© un gode, aujourd’hui c’est ça première expĂ©rience… tout d’abord, elle le caresse tout en l’observant, frĂ´lant ses lèvres avec… il est si doux, si souple… son diamètre doit ĂŞtre la mĂŞme qu’une banane, et sa longueur pas loin des 16cm.
Mmh, ça lui donnes vachement envie de se la mettre dans la chatte déjà toute mouillée, ainsi que ses doigts qui eux sont déjà en elle… elle entre le gode dans sa bouche, puis commence a le sucer, encore et encore.
Vraiment très excitée, Sophie à son tour se masturbe la chatte, observant soigneusement sa fille sucer son gode.
Julie fait descendre le gode sur son corps, Ă©tape par Ă©tapes… d’abord son cou, puis ses seins, jouant avec ses tĂ©tons, jusqu’au nombril pour finir sa course a l’entrĂ©e de son vagin.
Elle y retire ses doigts, et centimètres par centimètres elle s’insère le gode profondément dans la chatte… son souffle s’accélère, elle se caresse les seins tout en faisant des va et viens de plus en plus profond.
Elle se lève, toujours avec le gode en elle. Elle s’écarte de la table, et voilĂ  maintenant qu’elle se gode debout, pour que sa mère puisse observer le spectacle.
– Tu aimes que je me gode devant toi, maman ?
Elle se rapproche d’elle.
– Oui ma fille, tu m’excites tellement.
Julie accélère le mouvement en gémissant.
– J’ai envie de me le mettre dans le cul !
Julie retire le gode, et elle recommence a le sucer pour le lubrifier un maximum.
– J’adore le goĂ»t de ma cyprine…
Elle se courbe en avant, dĂ©voilant entièrement son anus a sa mère. Julie suce ses doigts, puis elle se les met dans le rectum pour prĂ©parer l’arrivĂ©e du gode.
– Quel cul, ma chĂ©rie ! Prends ton temps, lubrifie bien. Si tu n’étais pas ma fille, il y a longtemps que je t’aurais dĂ©jĂ  bouffĂ© le cul !
– Alors vas-y, je te l’offre maman… mon cul est Ă  toi !
Sophie hĂ©site, mais s’y refuse.
– Mmh… dommage…
Elle s’insère désormais le gode dans le cul… 2cm, 5cm, 10cm… après quelques autre va et viens, 15cm entier dans son cul ! Elle ne s’arrête plus, c’est trop bon !
– Le gode fait ventouse, colle le sur ta chaise. Lui dit Sophie.
Alors elle s’exĂ©cute.. elle colle le gode au milieu de sa chaise, et elle Ă©carte ses cuisses et ouvre ses fesses pour qu’elle puisse s’enculer encore davantage.
Son cul dégouline, et soudain, elle hurle de plaisir, elle jouit de toutes ses forces, c’est incontrôlable !
– Oh maman, maman !! Je jouis, j’en peux plus ! Oh putain j’ai pas envie d’arrĂŞter c’est tellement bon !
– Au moins, maintenant ton frère est au courant de quelque chose vu comment il a du t’entendre jouir !
– … Je m’en fous… mmh… ! Qu’il vienne et qu’il regarde sa sĹ“ur entrain de s’enculer avec le gode de sa mère !
Julie se retire, et suce une dernière fois le gode.
– Merci maman, ce gode est exceptionnel !
– Quand tu en auras besoin tu n’aura cas me le dire ! Alors, sinon c’Ă©tait comment ?
– Je sens que j’ai encore mon cul ouvert (elle entre trois doigts).
– Je suis contente de partagĂ©e ces moments avec toi. Tu es une fille excitante.
– Tu es ma source d’inspiration maman… et… j’ai vraiment envie de toi !
– Moi aussi j’ai envie de toi ! Mais gardons un minimum le contrĂ´le sur nous mĂŞme ! On est pas passer loin de la ligne rouge la…
– C’est quoi la ligne rouge pour toi ?
– Avoir des attouchements…

Chapitre 8) Un frère excitant, un papa entreprenant

Après un après-midi a la plage pour les garçons et au shopping pour les filles, après un dîner au bungalow bien convivial, et vu le mauvais temps a l’extérieur, Julie et Angel se mettent devant la télé, tandis que les parents vont dans la chambre.
– Vous restez sage. Leur dit Sophie avant de fermer la porte de la chambre.
– Tu crois qu’ils vont faire quoi ? Demande Julie.
– Bah des parents qui s’enferment dans une chambre le soir, ce n’est probablement pas pour jouer aux cartes ! Lui rĂ©pond Angel.
Les minutes passent, le film aussi.
Mais l’envie de Julie, lui ne passe toujours pas a la vu du sexe d’Angel, bien qu’il soit au repos. Elle s’en mord les lèvres. Elle a bien envie de se caresser la chatte, la maintenant a cĂ´tĂ© de son frère. Mais quelle sera sa rĂ©action ? Le prendras-t’ il-mal ? Sera-t-il excitĂ© ? Quoi qu’il en soit, elle ne souhaite pas prendre le risque.
Plus tard dans la soirée, des bruits étranges proviennent de la chambre des parents. Des bruits, qui ressemblent à des grincements de lit.
Julie et Angel se regardent, et ils dĂ©cident de s’approcher de la porte. En approchant leurs oreilles, ils entendent de petits gĂ©missements. En quelques secondes, le pĂ©nis d’Angel est devenu extrĂŞmement dur. Son record ! Sa sĹ“ur n’en revient pas !
– Oh, excuses moi Julie.
– Oh ce n’est pas grave, tu es un homme c’est normal !
Soudain, ils entendent parler.
– Vas-y Alex, lèche mon cul et encule-moi ! Je suis ta chienne ce soir !
– Ok mais fait pas trop de bruit, les enfants sont Ă  coter.
– T’en fais pas pour eux, ils savent parfaitement qu’on baise ! De toute façon on a des gosses pervers… dit elle en rigolant.
– Pervers ? Pourquoi ?
– On a des enfants qui nous ressemblent. Et quand tu vois certains regards qu’ils jettent sur nos sexes, et les leurs… des centaines d’idĂ©es leur viennent a mon avis.
– Pourquoi ne pas les invitĂ©s a nos Ă©bats… ?
– Hein t’es sĂ©rieux ?!
– Je ne te cache pas que l’idĂ©e m’a traversĂ© la tĂŞte oui.
– Pff t’ai toi et encule-moi, père indigne !
Les enfants ont tout entendu, ils ne savent plus trop quoi dire. Ils retournent s’asseoir sur le canapĂ©.
Dans le bungalow, les gĂ©missements rĂ©sonnent a prĂ©sent partout. Julie et Angel sont excitĂ©s, mais aucun n’ose franchir le pas de la masturbation, alors que le sexe de Angel ne demande cas ĂŞtre pomper depuis de longues minutes.
Julie aimerait bien prendre son pied dans la chambre, mais elle souhaite se faire plaisir devant son frère. C’est un fantasme sur lequel elle ne veut pas passée a côté.
L’excitation est trop grande, elle part rĂ©cupĂ©rĂ©e une couverture pour le mettre sur elle, et pour pouvoir enfin se masturber a coter de lui sans qu’il ne se doute de quelque chose.
Mais les mouvements rĂ©pĂ©tĂ©s de la couverture, aussi minime soit elle, ont eu raison d’elle.
Après un petit accalmie, le pénis d’Angel recommence a grandir a nouveau. Il le sait, que Julie se masturbe sous la couverture guidée par les gémissements de sa mère.
Il sait que si il tente quelque chose, Julie ne refusera pas. Mais il refuse, il ne cède pas a la tentation et préfère partir dans la chambre dormir, ou pas…
Pour Julie, ce n’est malheureusement pas pour ce soir… mais elle continue a se masturber, mais cette fois elle retire la couverture. Son excitation grandi de minutes en minutes, qu’elle n’a mĂŞme pas fait attention que les gĂ©missements de sa mère s’étaient arrĂŞtĂ©, alors elle continue.
Les cuisses écartées sur le canapé, et sa chatte pleine de cyprine, elle s’est insérée trois doigts, en insistant un peu, elle pourrait y mettre son point complet…
Prise dans son Ă©lan les yeux fermĂ©s, elle n’a pas vu que son père Ă©tait sorti de la chambre pour rejoindre la cuisine. Il est passĂ© devant elle, mais il a prĂ©fĂ©rĂ© ne pas la dĂ©ranger en plein acte.
Il repasse devant avec un verre d’eau, pour rejoindre Ă  nouveau la chambre. Mais cette fois, Julie a ouvert les yeux. Surprise, elle retire sa main et resserre ses jambes. Elle devient toute rouge.
– Oh papa, je ne t’avais pas vu !
– Ce n’est pas grave, j’ai prĂ©fĂ©rĂ© te laisser faire. Tu avais tellement l’air excitĂ©e !
– C’est vrai je le suis… je vous ai entendu.
– J’espère bien que tu nous as entends, au moins ça prouve que je suis un bon coup. Lui dit-il en rigolant. Et pour preuve, Sophie se repose.
– C’est pour ça qu’elle est avec toi ! Ce n’est pas tout les papas qui accepteraient de sodomiser leur femme en plus d’un gode.
– Mais comment tu sais ça, toi ?
– Nous avons eu une discussion avec maman, ça lui a Ă©chappĂ© !
– Ce n’est pas un secret après tout… ta mère adore la sodomie !
– Moi aussi… j’ai appris ça ce matin…
– Ah bon ? Et tu aimes quoi en particulier ?
– Bah… (elle refuse de lui dire que Sophie lui a prĂŞtĂ© son gode) pour l’instant seulement avec mes doigts !
– Ah… et tu aimerais quelque chose de plus gros ?
– Beaucoup plus gros oui !
– Et ça, ça te conviendrait ? Lui dit il en prenant son pĂ©nis mou en main.
– Mais papa, tu es mon père !
– Et alors ? Il n’y a pas de mal Ă  offrir un peu de plaisir a sa fille… en plus j’en ai encore envie !
– Je sais pas…
– Regarde, mon pĂ©nis se remet en selle. Ça restera entre nous !
– Bon… (elle hĂ©site) j’ai vraiment besoin d’une bonne bite en moi ! Ok !
Il s’avance vers elle, et il lui offre sa bite dĂ©jĂ  bandante pour qu’elle le suce. Elle lui suce le bout du gland, puis elle rentre sa bite presque entière dans sa bouche, tout en le branlant Ă  l’aide de sa salive.
– Quelle bonne bite, papa ! Je sens encore le cul de maman !
– BientĂ´t elle sentira ton cul, Julie !
– Mmh… erk… (bruit de salive) houaaa… j’ai hâte que tu m’encules, papa !
– Alors tournes-toi !
Julie se retourne debout, et se tien sur l’accoudoir en se penchant vers l’avant et les fesses en arrière pour que son père puisse lui lĂ©cher le cul et lui doigter la chatte. Après lui avoir bien lubrifiĂ© le cul, il lui met un doigt, puis deux, et puis trois…
– Ohhh oui ! Tu me fais du bien, lĂ  ! Dilate mon cul et encule-moi papa !
– Tu es prĂŞte ? Tu vas recevoir 17cm dans le rectum ma fille !
Il lui entre son gland, et il pousse toujours un peu plus profond son sexe en elle, jusqu’à y mettre les 17cm !
– Oh putain !! Retire, retire !!
– Qu’est-ce qu’il y a ? C’est trop d’un coup ?
– CarrĂ©ment ! Mais purĂ©e que c’est bon !
– Respire…
– Ouais… vas-y tu peux y retourner.
Il l’encule Ă  nouveau. Et cette fois Julie prend son pied.
Alex lui malaxe les seins en mĂŞme temps.
Julie ne se retient plus, elle pousse un hurlement de jouissance qu’elle se retient de crier depuis les premiers centimètres. Elle se masturbe la chatte avec des mouvements très rapides, Ă©jaculant de son vagin des jets d’eau, qui gicle partout sur le canapĂ©.
Au même moment, son père lui éjacule le restant de sperme dans son cul. Quand il se retire, le sperme dégouline de son anus, coulant le long de ses jambes.
Julie se met à groupie en écartant les cuisses, et elle se met trois doigts dans le cul pour récupérer le sperme et le mettre en bouche en suçant ses doigts !
– Papa, tu m’a dĂ©foncĂ© le cul… depuis le temps que j’attendais ça. Je n’ai jamais jouit comme ça ! On va dire quoi a maman ?
– Simplement que j’ai renversĂ© mon verre d’eau… merci ma fille, pour ce moment avec toi. Si tu le souhaites, on remet ça quand tu veux !
– Dit moi, papa… tu crois que c’est possible un plan Ă  trois avec maman… ?
– Ça risque d’ĂŞtre dur de la convaincre, surtout qu’il vas falloir que je lui dise pour nous deux ce soir.
– D’accord. J’espère remettre ça avec toi moi aussi. Mon cul se souviendra toujours de ce moment ! En plus il vas avoir du mal Ă  se refermer.
– Ne le referme pas trop…
– Il attendra ta prochaine visite !

Chapitre 9) La vengeance est un plat qui se mange froid

Le lendemain matin, dans la chambre des parents.
Ils sont tous les deux réveillés.
– Bien dormi ChĂ©ri ?
– Très bien dormi, je ne regrette pas ma soirĂ©e. Et toi ?
– J’ai encore un peu mal au cul, je crois qu’il est encore ouvert…
– Montre moi ça
Il lui met quatre doigts.
– PrĂŞte pour une autre session ?
– Oh non la je n’en peux plus.
– J’ai tellement envie…
– Ce n’est pas toi qui voulais inviter les enfants ? Invite Julie ! Ou mĂŞme Angel, pourquoi pas.
– C’est marrant que tu en parles tien…
– Pourquoi ?!
– On ne se cache jamais rien toi et moi.
– Exact.
– Ne te fâche pas, et quoi que tu en penses, je ne regrette pas ce que j’ai fait ! Hier soir quand je suis aller te chercher un verre d’eau, j’ai vu Julie sur le canapĂ© entrain de se masturber.
– Ah, oui et ?
– On a discutĂ© vite fait, et de fil en aiguille, pris par l’excitation je lui ai fait une petite sodomie… enfin petite… une bonne sodomie plutĂ´t !
– Tu as sodomisĂ© Julie, notre fille ?
– Elle a aimĂ© ça, si tu veux tout savoir.
– Mais c’est une blague, ou… ?
– Non, non ! Tu lui poseras la question.
– C’est elle qui a voulu ?
– Nous Ă©tions tous les deux excitĂ©s.
– Bordel… mais quelle famille ! Tu lui a mi tes 17cm ?
– Elle a eu du mal au dĂ©but, mais ensuite ça c’est très bien passĂ©.
– Tu en as plus assez avec moi, maintenant tu pars voir nos enfants ! Moi qui croyais que tu m’avais tout Ă©jaculĂ© au visage…
– Il m’en restait suffisamment pour remplir le cul de Julie.
– Tu lui as Ă©jaculĂ© dans le cul, en plus !
– Elle m’excite vraiment. Et elle aussi, tu aurais vu ces jets d’eau qui sont sortis de sa chatte ! On vas pouvoir jeter le canapé… !
– Je devrais me mettre en colère, mais j’y arrive pas.
– Elle m’a demandĂ© que je te dise autre chose.
– Quoi ?
– Un plan Ă  3 avec toi ! Je crois que tu l’excites beaucoup.
– Oh lala… ! Mon gode ne lui a pas suffi.
– Ton gode ?
– Oui, hier matin nous avons vĂ©cu une petite aventure elle et moi. Il n’y a rien eu de sexuelle entre nous, je lui ai prĂŞtĂ© mon gode, et elle s’est enculĂ©e avec juste devant moi. Elle m’a proposĂ© que je lui mette mes doigts, mais j’ai refusĂ©. En tout cas, c’Ă©tait vraiment excitant ! J’étais moi aussi entrain de me doigter devant elle. Elle a une sacrĂ©e chatte !
– Et un sacrĂ© cul ! Tu m’as excitĂ© lĂ  ! J’ai envie d’elle…
– Je vais la chercher.
Sophie va dans la chambre des enfants, Julie dors encore, sauf Angel qui se masturbe.
– Oh maman… doucement, elle dort encore.
– Tu te branles Ă  cĂ´tĂ© de ta sĹ“ur toi ?!
Elle s’approche doucement vers le lit d’Angel, et elle s’assoit sur le coter du lit.
– Elle dort, elle ne me voit pas.
– Moi je t’ai vu en tout cas. C’est plus la peine de cacher ta zigounette !
– J’ai envie de te demander quelque chose.
– Dit moi.
– Ça te dĂ©rangerait, si… si tu me masturbe ?
– Oh, je suis ta mère !
– Et alors ? J’ai envie de toi maman.
– C’est de l’inceste, ça !
– Mais ça reste entre nous ! S’il te plaĂ®t.
– Et si ta sĹ“ur se rĂ©veille ?!
– Elle comprendra.
Au fond, Sophie sait parfaitement que Julie s’en fiche. Mais elle n’a pas envie de lui prendre son fantasme. Angel ressort son sexe et se branle.
– Aller maman.
Très bien, elle se lance. Elle se saisit de son pĂ©nis a pleine main, et elle le branle. Elle jette un coup d’œil sur Julie, voyant qu’elle dort toujours, elle dirige ses lèvres sur les boules d’Angel, et elle lèche son pĂ©nis jusqu’au gland avant de tout mettre en bouche. Elle salive au maximum sur son sexe en le branlant, prĂŞt a reboucher un trou…
– Bouge pas ! Elle lui dit.
Elle monte sur lui, chevauchant sa bite pour la mettre dans sa chatte, et elle bouge au maximum son bassin prenant un plaisir monstrueux. Le lit grince, mais elle s’en fout.
Elle se retire, et se retourne, pour enfiler le pénis de son fils dans son cul. Elle bouge son cul, elle fait des cercles et des va et viens avec son bassin, jusqu’à qu’Angel éjacule dans son cul déjà bien dilaté de la veille.
Elle se retire, et elle lui taille une pipe phénoménale qui le fait éjaculer encore une fois, dans sa bouche. Elle a tout avalé !
Elle quitte la chambre sans un mot…
Dans la cuisine, elle retrouve Alex.
– Alors ?
– Elle dort, on verra ça plus tard.
– Tu as mis du temps a en sortir.
– Tu veux savoir pourquoi ?
– Bien sĂ»r.
– Angel est rĂ©veillĂ©, il m’a proposĂ© de lui faire une branlette.
– Quoi sĂ©rieux !
– J’ai fait bien plus, il m’a enculĂ©e ! Sachant que le trou est dĂ©jĂ  fait, il n’a eu besoin de forcer. Du coup, regarde (elle lui montre son cul qui dĂ©gouline de sperme), donc ça, et il a Ă©jaculĂ© une seconde fois dans ma bouche, j’ai tout avalĂ©. Quitte a ĂŞtre une famille de pervers, autant l’être jusqu’au bout !
– Nous aimons simplement le cul, au moins nos enfants en profitent comme nous.
Sophie part se doucher.
Quelques minutes plus tard, Angel rejoint Alex dans la cuisine.
– Ça va, mon fils ?
– Oui et toi ?
– En pleine forme ! SacrĂ©e matinĂ©e, hein ?
– Euh… oui, pourquoi ?
– Une sodomie sur sa propre mère pour commencer la journĂ©e, ça commence fort.
– Ah, tu es au courant…
– Ce n’est pas un secret, je crois qu’elle a voulu se venger.
– Pourquoi ?
– Hier soir, j’ai fait la mĂŞme chose a Julie.
– Hein ! Elle Ă©tait avec moi sur le canapĂ©.
– C’Ă©tait plus tard.
– SĂ©rieusement ? Tu as enculĂ© Julie, ma sĹ“ur, ta fille ?
– Oui ! Je pense qu’on risque de remettre ça, d’ailleurs.
– Bordel c’est quoi cette famille.
– Une famille qui aime se faire plaisir.
Julie se réveille la tête dans les nuages, et rejoint les garçons dans la cuisine.
– Bonjour les gars…
– Salut ma fille.
– Coucou !
– Maman n’est pas la ?
– Elle se douche.
– D’accord…
Julie se baisse pour prendre une tasse dans le meuble, dĂ©voilant son cul a son frère, qui l’observe avec envie.
Son père admire aussi le spectacle.
Elle se doute bien qu’ils sont tous les deux entrains de la mater, et ça l’excite. Pour les prendre en flagrant dĂ©lit, elle se retourne brusquement, et elle ne l’est a pas ratĂ©es !
– Hey ! Vous regardez quoi lĂ  !
– On admire ton joli fessier, ma fille.
– Euh, non pas moi ! Je regardais l’évier… !
– Mais bien sĂ»r… Ă  en voir ton entre cuisses, je doute que ce soit l’évier qui te fasse lever la queue !
– Quoi, encore !? RĂ©plique son père a Angel.
– Quoi « encore » ? Lui rĂ©pond-il.
– Tu viens d’éjaculer deux fois sur ta mère, et tu en redemande ?
– Euh… les gars, j’ai ratĂ© un Ă©pisode lĂ  ?
– Non, rien !
– Oh arrĂŞte un peu, Angel… pendant que tu dormais, tout a l’heure, ta mère est entrĂ©e dans votre chambre pour te demander un truc au sujet de notre conversation d’y hier soir… mais ta mère a prĂ©fĂ©rĂ© se faire sodomiser par ton frère, plutĂ´t que de te rĂ©veiller.
– Hein ! Dans la chambre ?
– Oui, oui.
– Mais je n’ai rien entendu !
– Bah pourtant…
– C’est vrai, Angel ?
– Tout est vrai ! Mais par contre c’était quoi votre conversation hier soir ? Ă€ part votre parti de jambes en l’air.
– Quoi !? Mais tu es au courant de ça ? Et maman aussi alors ?!
– J’ai tout racontĂ©, excuses moi si tu ne voulais pas que j’en parle.
– Nan… ce n’est pas grave. Mais ça fait bizarre de se dire que nous en fait de gros pervers ! Dit elle en souriant.
– On aime seulement le sex, il n’y a rien de mal. Sauf que chez nous c’est un peu particulier.
– Ouais, bah vive le cul ! RĂ©ponds elle avant de partir aux toilettes, qui se trouvent dans la salle de bain.

Chapitre 10) Maman, mon fantasme

Elle toc a la porte pour que sa mère ouvre, en lui prĂ©textant que c’est urgent, et c’est rĂ©ellement urgent !
Sophie refuse que Julie la regarde prendre sa douche.
Mais elle insiste terriblement, alors elle finit par lui ouvrir la porte.
– Ah merci maman !
Avec sa serviette autour de la taille, Sophie se sèche les cheveux en face du miroir.
– Bon, c’Ă©tait comment hier soir ?
– Euh… avec papa ? Lui rĂ©pond elle gĂŞnĂ©e.
– Évidemment. Apparemment tu as aimĂ©.
– Oui, beaucoup. Je n’ai jamais joui autant de toute ma vie !
– En voyant l’état du canapĂ©, tu m’Ă©tonnes !
– Tu m’en veux pas… ?
Elle s’avance vers Julie, toujours sur les toilettes.
– Écoute Julie, que ce soit avec Alex oĂą n’importe qui d’autre, je veux simplement que tu trouves ton bonheur et que tu sois au maximum Ă©panoui. C’est le cas ?
– Oui, on vit une expĂ©rience qui me rend heureuse. Et si possible je souhaite faire ça de temps en temps avec papa, et mĂŞme Angel.
– Et avec moi, si j’ai bien compris.
– Oui… et j’aimerais avec toi maintenant… s’il te plaĂ®t, maman. Mais sans retenus, on se lâche complètement et peu importe de ce que les garçons entendent !
– Eh bien, ce matin je me suis fait sodomiser par Angel, il a Ă©jaculĂ© en moi et j’ai avalĂ© son sperme. Alors je peux bien te faire ce plaisir lĂ , ma fille.
Toujours assise, et Sophie debout en face d’elle, elle commence a lui caresser les hanches au travers de la serviette. Dans un petit Ă©lan, elle approche sa tĂŞte vers son nombril et elle lui lèche avec sa langue râpeuse.
Ses mains montent pour aller malaxer ses seins.
Sophie lève la tête, son souffle s’accélère et la chaleur réchauffe tout son corps. Elle pose ses mains sur celle de Julie, pour l’aider a malaxer ses seins, puis elle lui caresse les cheveux si doux.
Julie, passe l’une de ses mains sous la serviette pour y mettre un doigt. Avec l’autre main, elle commence a masturber son entre cuisses, dĂ©jĂ  bien humide avec son urine qui a coulĂ©, mĂ©langĂ©e Ă  sa cyprine. Elle se masturbe du clitoris jusqu’à son anus, pour se prĂ©parer a une Ă©ventuelle pĂ©nĂ©tration…
Elle lui fait tomber la serviette, dévoilant la chatte très très chaude et très mouillée de sa mère, prête a être léchée par la langue de sa fille qui lui a maintenant mi deux doigts en elle.
Après les avoir retirés, elle les met dans sa bouche en disant :
– Mmh, j’aime ta cyprine maman !
Elle pénètre ces mêmes doigts, dans sa chatte a elle pour mélanger la cyprine de sa mère a la sienne.
Julie, dirige sa langue sur son clitoris en faisant des cercles, provoquant le bonheur de sa maternelle.
Et elle descend encore plus bas, mettant de grands coups de langue sur sa chatte entière, tout en essayant de la rentrée par son trou principal.
– Oh oui ma fille, j’aime ta langue. GoĂ»te a ma cyprine, elle est pour toi !
Sophie se baisse Ă  son niveau, pour masturber a son tour Julie.
Elles en profitent pour s’embrasser langoureusement a pleine bouche avec leurs langues baveuses qui s’entremêlent.
– Maman, depuis le temps que j’attendais ça !
– Mmh, suce ma langue, Julie.
Et ça dure pendant de longues minutes…
Après ça, elles se mettent toutes les deux sur le carrelage, Sophie sur le dos, et Julie sur elle pour un 69 torride ! La mère et la fille se lèchent la chatte sur le sol, ne cachant plus du tout leurs excitations. Les gémissements résonnent dans toutes les pièces ! Elles lâchent complètement leur jouissance sans retenus.
Toutes les deux se sont entré plusieurs doigts dans la chatte de l’autre.
Julie se relève et elle se met a groupie devant la bouche de maman pour un cunnilingus encore plus profond !
À haute voix, Julie se lâche :
– Vas-y maman, oh c’est bon ! Continue a me lĂ©cher le cul et la chatte ! J’ai envie de toi ! Envie que tu me baises ! Que tu me prennes le cul maman ! Oh oui j’aime le cul ! Je suis ta pute ! Sodomise-moi sauvagement !
Après une très intense masturbation, elles inversent les rôles pendant un certain moment.
– Reste sur le sol, et Ă©carte tes cuisses ma pute de fille ! Je vais t’insĂ©rer ma main dans la chatte !
Assise sur le sol, Sophie lui enfonce directement 4 doigts, avec des vas et viens et en forçant toujours un peu plus fort, jusqu’à y entrer le pouce. En continuant sur le même rythme, son poing tout entier est entré dans sa chatte.
– Tu aimes ça, hein ! Tu aimes que maman te mette son poing dans ta chatte, hein !!
Julie hurle de jouissance de tout son cĹ“ur ! Elle est tellement excitĂ©e, qu’elle en transpire de partout.
Sophie retire son poing, et elle positionne sa chatte contre celle de sa fille, les jambes entrecroisĂ©es en position du ciseau. Minou contre minou, elles remuent toutes les deux leur bassin mĂ©langeant totalement l’une et l’autre leur cyprine.
Elles hurlent de plaisir sans aucun tabou !
– Oui ! Oui ! Oui ! Continue maman ! Mmmmh c’est… bon !!
– Met toi Ă  quatre pattes ma fille, que je t’encule avec mes doigts.
Julie s’exécute, prête a se faire mettre les doigts dans son trou sombre et humide.
Elle lui lèche l’anus et bave a l’intĂ©rieur pour lubrifier un maximum et faciliter la pĂ©nĂ©tration.
– Tu aimes ça, quand je rentre ma langue dans ton cul ?
– C’est dĂ©licieux ! Tu me fais jouir maman !
– J’entre un doigt… tu le sens ?
– Mmh, oh oui !
– VoilĂ  le deuxième…
– Ohh encore mieux ! Continue stp.
– Alors voilĂ  le troisième. Tu commences a sentir ton anus se dilater ?
– Oui et c’est bon ! Oh oui c’est bon !! Tu me fais du bien !
– Et voilà… l’avant-dernier ! C’est bon hein ! Tu as un cul fait pour ça ! C’est de famille apparemment !
– Je suis heureuse que ma première expĂ©rience soit avec ma famille !
– Attends…
Sophie rĂ©cupère le pommeau de douche, qui a la forme d’un gode.
– Je me le suis mis dans la chatte avant que tu arrives, prend le et masturbes-toi avec, ça m’excite. Moi je continue a te doigter le cul !
Elle lui entre le cinquième doigt, et elle y entre la aussi son poing tout entier.
– Oh putain !! Tu m’a fait quoi ?!
– Mon poing tout entier est dans ton cul, chĂ©rie !
– Oh oui continue a le tourner ! Oh oui maman, oui !! Je vais jouir ! J’en peux plus c’est trop bon !
Julie se rassied sur le sol et Sophie la masturbe très rapidement.
– Oh oui je jouis ! Je jouis ! Je vais Ă©jaculer maman !
Sophie l’a masturbe encore plus vite, et pour la terminĂ©e elle lui enfonce deux doigts dans la chatte.
Julie éjacule et éclabousse sur le visage et le corps de Sophie. Elle lui lèche une dernière fois la chatte.
– Merci maman. Et excuses moi pour les mots un peu vulgaires.
– Il n’y a rien de vulgaire. C’est l’excitation entre une mère et sa fille, et franchement Julie tu m’excites !
– Tu m’excites aussi. Je suis contente, et j’espère qu’on pourra recommencer ça.
– Avec un grand oui ! Mais cette fois avec un bon gode !
– Il me tarde de pouvoir t’enculer avec…
– Bon, et si nous retournions voir les garçons…

Chapitre 11) Soirée familiale a la plage

(A suivre…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *