Vacances superbes

By | 18 de octobre, 2021

J’ai loué sur la Côte, un petit appartement avec balcon.  Nous venons mon fils et moi à peine d’emménagés, que le coquin est deja en maillot de bain sur le balcon. Il prend place sur un transat et profite du soleil. Sur le balcon voisin deux femmes seins nues sont allongées aussi sur des transats et font bronzer leur corps de rêve.

Mon fils Marc, ne cesse de mater les deux femmes, pendant que moi je range les affaires. Une troisième femme arrive, en balançant des fesses, elle ne porte une miniculotte. Elle s’agenouille à côté d’une des femmes et commence à lui caresser les seins, la coquine sait y faire, pour faire gonfler les mamelons. Ses doigts agiles roulent les bouts qui se dressent fièrement au centre des aréoles brunes.

Moi, j’enfile un maillot de bain et rejoint mon fils sur la terrasse. Je remarque immédiatement la bosse qui déforme son slip de bain, il ne m’a pas entendu arriver. Il caresse doucement sa protubérance sans quitter des yeux les femmes du balcon voisin.

Je jette un coup d’œil et sursaute en voyant la femme jouer avec les mamelons de son amie. Elle me regarde, me sourit et fait glisser une main sur le ventre de son amie.   Sa main, le caresse longuement avant de pénétrer dans la culotte. La femme soumise ferme les yeux et commence à geindre lorsque les doigts fins glissent sur son intimité. Je vois la main bouger dans la culotte. Elle monte et descend sur la fente en appuyant de plus en plus fort sur la vulve qui humidifie la culotte.
 La femme me regarde toujours, elle baisse la culotte et libère la vulve suintante. Je m’approche comme une curieuse, pour mieux voir. Mon fils me voit enfin, il est rouge écarlate, mais ne renonce pas  à se caresser. Il glisse même sa main dans son maillot et se caresse outrageusement sans faire attention à moi. Il fait une moue qui déforme son visage, ses yeux sont braqués sur le duo, il n’en peut plus, il extirpe sa queue et se masturbe rageusement.

Moi, je suis surprise par l’énormité que mon fils a planté sur son bas-ventre. Je ne sais plus qui regarder. Ma culotte commence à s’humidifier, je sens couler sur mes cuisses ma cyprine, je plaque ma main sur ma chatte pour arrêter l’écoulement de mon jus, mais peine perdue, je suis trop excitée. La femme écarte les cuisses de son amie, pose sa bouche sur la chatte bien rasée et aspire le bouton du plaisir.

La femme se cabre, en poussant un cri de plaisir. Sa vorace amie, lui dévore le bouton avec rage. Son corps s’agite automatiquement. Je suis trempée, je regarde la verge tendue de mon fils, le bougre ne la ménage pas il la branle sauvagement. Je ne sais pas ce qui me prend, je tends la main et saisit le manche de chair. Mon fils me regarde avec des yeux tout ronds, il dit entre deux souffles :

-Maman qu’est qui te prend ?

Je ne réponds pas et commence un branlage dont je ne m’imaginais pas capable. À chaque descente de mon poignet, je décalotte le gland qui me parait monstrueux. Mes yeux sont rivés sur le mat de chair que je ne cesse de branler.

Soudain un cri rauque m’interrompe, c’est la femme du balcon voisin qui vient de jouir. Mon fils pose sa main sur la mienne et m’incite à continuer la masturbation. Je lui presse fortement la queue et reprend le branlage. Ma chatte est en ébullition, elle coule de plus en plus. Marc voit dans l’état que je me trouve, il pose sa main sur mon bas-ventre et appuie sur mon sexe. Ses doigts enfoncent entre mes grandes lèvres le tissu de ma culotte. Le coquin saisit mon clito à travers le tissu est le branle tant bien que mal.

Je cesse d’agiter sa queue et retire rapidement ma culotte trempée. Inconsciemment, j’enjambe mon fils, prends d’une main son engin raide et le dirige vers ma chatte en feu. Je descends lentement, son gland écarte mes grandes lèvres vaginales et s’engage dans le brasier qui me dévore les entrailles. Je me laisse tomber pour être empalée totalement. Mon fils surprit par mon action incestueuse s’accroche à mes hanches et donne de violents coups de reins.

 Sa queue qui voyage dans mon ventre, me dilate le vagin. Je suis comblée par la puissance de mon fils qui ne cesse de me labourer la chatte de sa grosse queue. Je m’agite sur sa queue en grognant comme une bête. Je pousse des râles terribles, soudain je me cabre et explose de jouissance, ma cyprine gicle avec force sur les couilles et le ventre de mon fils amant.

 Je détourne la tête, les trois femmes sont accoudées au balcon et nous regardent en souriant. Mon fils continu de me déglinguer avec force, le bougre me fait jouir une seconde fois, je grimace, en m’agitant sur le mât dressé. Les trois femmes applaudissent. Mon fils encouragé, accélère la cadence, ses coups de piston deviennent terribles. Il tire violemment sur mes hanches pousse un rugissement et remplit de sa semence épaisse ma chatte en fusion.

Une des femmes a franchi la balustrade, elle s’avance en souriant. Elle me plaque doucement sur le sol, prend place entre mes cuisses et commence à me dévorer la chatte qui déborde de semence. Sa langue s’enfonce profondément en moi et fouille ma gaine avec férocité. Elle avale tout ce qu’elle peut attraper avec sa langue râpeuse. Elle me gobe le clito, je sursaute sous la violente aspiration, la cochonne suce et tète ma boule de chair avec avidité. La coquine cherche à me faire jouir, rapidement cela arrive après quelques aspirations violentes sur mon bouton d’amour. Je frissonne ma jouissance est incontrôlable, je gicle comme un geyser.

Marc décharge sa semence rien qu’en nous regardons, il grince des dents en nous traitons de salopes.

Valeriane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *