À QUEL POINT TU TE MOUILLES SI JE T’EXCITE COMME ÇA ?

By | 26 de octobre, 2019

Uniquement pour les femmes

J’ai lu une question sur un forum Internet qui disait : Comment allume-t-on une femme ? Est-ce que tu le sais ? Êtes-vous une femme qui s’excite ? Sinon, ne lis pas ce que je vais écrire.

Je sais juste que j’aime sentir une femme excitée, j’aime son look, son haleine, ses lèvres qui se mouillent quand elles sont serrées entre les dents.

Comme c’est agréable de venir par derrière, de la surprendre, de la tenir dans vos bras et de lui mettre la joue.

J’aime croiser ses yeux, voir ses yeux se fermer et ses lèvres se toucher lentement.

C’est là que la passion commence.

Mes mains qui descendent le long des hanches, touchent le fond, caressent la cuisse et se relèvent.

Et elle ou vous, dans ce cas, en vous penchant le long de votre cou et en vous appuyant sur mon épaule.

Je sens l’odeur de votre peau m’enivrer et dès que ma bouche s’approche de votre cou, je sens mon souffle chaud et dès que mes lèvres se reposent, vous ressentez un frisson de plaisir. Comme c’est beau. Au moment où j’écris, j’ai l’impression de le vivre.

Mettez vos mains dans le dos et serrez-moi dans vos bras pour que je sache que ça commence à vous plaire. Vous n’écoutez plus seulement vos lèvres qui vous caressent, mais de nombreux petits baisers qui vous touchent le cou, vous mordent les épaules et remontent.

Maintenant vous devenez trop divincé, votre respiration est sifflante, le miroir devant vous se ternit.

Vous essayez de vous retourner mais je ne vous laisserai pas faire, vous ne pouvez voir que mes lèvres mouillées de salive et le goût de votre dos. Ta langue s’entrelace avec la mienne, tu m’embrasses profondément, je le sens dans ma gorge, tu essaies de prendre le dessus et ainsi d’une main je te prends par les cheveux et je plie ta tête en arrière. Tu restes la bouche entrouverte, je te taquine en t’approchant, je vois que tu trembles pour recommencer et de l’autre main je te prends par les mâchoires et je commence d’abord par te lécher et ensuite par sucer ta langue. C’est velouté, je ne m’arrête pas pour le sucer, je sors de ta bouche un instant pour couler rapidement avec ma main sur ton joli cul. Je le caresse, je te touche et sans me faire sentir comme si j’atteignais l’intérieur de ma cuisse. J’aime ton corps, tu es divin.

Maintenant, appuyez-vous contre l’évier avec les bras, allongez-vous en avant et détendez-vous. Avec le bout de vos doigts, je commence à vous masser les épaules, je sens que vous êtes tendu, vous avez les nerfs qui sautent, mais vous vous excitez et vous vous abandonnez à moi. Je continue avec une main sur le cou et l’autre le long du dos, je sens la colonne vertébrale qui se courbe mais vous ne pouvez pas bouger. C’est moi qui dois t’exciter.

Reste tranquille avec cette main, tu n’as pas besoin d’essayer de me toucher… et si tu continues, je vais t’attacher.

Heureusement, vous avez une chemise décolletée derrière vous pour que je puisse accompagner le massage avec la langue, les lèvres et la salive qui les glisse.

Tu sens mon haleine chaude sur ton jean ? Je suis sur ton cul et pendant que je l’embrasse, j’écoute ton halètement de plus en plus frénétique.

Mais maintenant baissez vos jeans et ne vous retournez pas, je veux m’agenouiller et embrasser vos beaux pieds, ils sont bien soignés et c’est un plaisir de les masser entre vos doigts.

En te regardant de haut, je vois toutes tes formes, ton cul saillant, ta tête penchée vers l’avant, abandonnée à la passion et tes mains impuissantes qui grattent le miroir. Tu es magnifique

Je ne peux que remonter, avec ma langue à partir du talon, je remonte la jambe et j’arrive jusqu’à ton cul qui brille dans le string.

Pourquoi es-tu si en sueur ? Tu n’as encore rien fait.

Je me lève, je serre les mains dans tes seins et avec le gonflement qui brille je commence à te frotter de bas en haut, avec un mouvement constant, presque pour entrer mais ensuite je sors, j’essaie de te repénétrer mais ensuite je reste.

Enfin, vous avez les mamelons durs, le voile réfléchi dans le miroir, ils sont gonflés au point qu’avec deux doigts je les saisis.

Vous n’avez pas de gros sein, mais dès que je le tiens dans la main, j’ai envie de le lécher.

Maintenant tourne-toi, ne m’embrasse pas et ne me touche pas, tu vois la salive que je tiens dans ma bouche ? Je le réchauffe pour qu’il puisse couler sur tes tétons. Je le lâche, tu fais immédiatement une grimace de plaisir, tu essaies de me toucher entre les jambes mais tu dois te laisser sucer. Sentez-vous le bout de votre langue qui les touche rapidement de haut en bas ? Mon Dieu, ils sont durs. Ils m’excitent.

Maintenant, asseyez-vous sur l’évier, écartez les jambes, mais n’enlevez pas le string, je commence à vous embrasser à nouveau des pieds immédiatement et au pouce par pouce je monte le long des jambes, mais cette fois je demeure sur l’aine. Tu es si chaud, tu me fais transpirer, j’entre avec deux doigts dans la culotte sans te toucher, je me retourne tout autour et je sens soudain une goutte descendre et mouiller un doigt. Je lève la tête et te regarde dans les yeux et tu es en extase… Je ne peux pas te laisser comme ça.

Avec un doigt, j’entre dans le point le plus bas sans pénétrer et je le déplace de haut en bas pour arroser toutes vos humeurs. C’est le moment de te toucher. Voyez comment la salive coule sur votre nombril, j’ai le temps de la regarder descendre et quand elle arrive sur le clitoris, je la brosse d’abord avec le bout de mes doigts, puis je commence par des mouvements circulaires continus. Vous poussez votre visage entre vos jambes presque pour m’étouffer, mais je ne m’arrête pas. Lentement et quand tu t’y attends le moins vite, je te lèche du bas vers le haut en te l’enfonçant sans pénétrer et ensuite je monte sur le clitoris, je l’ouvre bien avec deux doigts et je le suce alternativement avec les coups de langue.

Oh, mon Dieu, comme l’anxiété… tu es spectaculaire.

Pendant que je vous masturbe de l’autre main, je baisse mon caleçon et mon pantalon, et en continuant à vous toucher, je frotte avec la bite qui est maintenant dure sur votre jambe.

Dès que vous le sentez, vous me regardez dans les yeux et la veine devient plus grosse et palpite encore plus, mes humeurs ont mouillé vos cuisses et maintenant l’aine.

Divaricale bien, je le secoue dans ma main, le place entre vos jambes et commence à se masturber lentement en le faisant claquer à chaque fois sur votre clitoris. Presque épuisé d’attendre, vous émettez comme un petit cri qui signifie que je n’en peux plus….

Dois-je monter et te murmurer à l’oreille ?

Tu es vraiment excité, tu pousses pour le faire entrer, mais je me penche en arrière.

Tu me regardes me masturber pour toi ?

Ce sera bientôt à toi seul, tu devras élargir tes grosses lèvres et les glisser pour les frotter le long des murs…. mais tu es tellement mouillé que même si tu le fais lentement, il pourrait entrer en un seul coup et sentir tes boules frapper contre ton cul. Si vous voulez commencer lentement, faites-le entrer lentement. Je veux le sentir doucement et ensuite accélérer avec de plus en plus de coups secs vers le bas.

Il est temps, enlève ton string et tourne-toi vers le style toutou, je veux te garder par les hanches quand je me cogne contre le miroir, je veux voir ton visage en profiter.

✅✅✅Reçoit les histoires érotiques des autres membres ✅ ✅ ✅

☝️☝️☝️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *