Baiser dans l’appartement d’une amie de ma mère

By | 16 de décembre, 2019

Un week-end ensoleillĂ©, j’avais rencontrĂ© l’amie de ma mère, une blonde, corpulente, sĂ©duisante, de 39 ans. Nous avons commencĂ© Ă  flirter et Ă  parler, et quand ma mère et moi sommes partis, elle m’a demandĂ© mon numĂ©ro de tĂ©lĂ©phone cellulaire.

Le week-end suivant, nous avons parlĂ© sur notre tĂ©lĂ©phone cellulaire et elle nous a dit que dans la rue de sa maison, la lumière s’Ă©tait Ă©teinte Ă  cause d’un orage. Puis elle m’a dit qu’il faisait très sombre et qu’elle avait besoin d’aide et, d’un ton provocateur, elle m’a invitĂ© Ă  aller Ă  son appartement et Ă  apporter des bougies pour l’occasion. Il a aussi dit qu’il avait un joli petit cadeau Ă  me donner. J’ai acceptĂ© sur-le-champ. C’Ă©tait en dĂ©but de soirĂ©e et ma mère n’Ă©tait pas Ă  la maison, seulement mon père. J’ai donc dĂ» inventer une excuse sur-le-champ, j’ai dit que j’irais au cinĂ©ma près de chez moi et que je voulais profiter de la remise de demi-entrĂ©e. C’est restĂ© collĂ© !

ArrivĂ©e lĂ , elle m’a reçu Ă  la porte, nous sommes entrĂ©s dans l’appartement et avons allumĂ© quelques bougies pour Ă©clairer l’environnement. Je lui ai dit que je reviendrais Ă  minuit, elle s’est moquĂ©e de moi et m’a dit : « Oublie ça, tu ne reviendras pas avant l’aube l’autre jour », et elle a commencĂ© Ă  me caresser et Ă  m’embrasser sur le canapĂ©.

Nous avons commencĂ© Ă  nous serrer fort et nous avons embrassĂ© sa bouche charnue juste lĂ . Elle m’a prĂ©sentĂ©e Ă  l’appartement et m’a emmenĂ©e dans sa chambre. Puis elle m’a donnĂ© le petit cadeau : une boĂ®te de chocolat. Je lui ai demandĂ© de choisir un chocolat, d’en mettre un bout dans ma bouche et l’autre dans sa bouche et nous lui avons donnĂ© ce doux baiser. Hmm.

Nous avons commencĂ© Ă  nous dĂ©shabiller jusqu’Ă  ce que nous soyons nues, elle s’est tenue sur moi, j’ai touchĂ© lĂ©gèrement ses seins et je les ai tous sucĂ©s. Puis elle s’est allongĂ©e face vers le haut.

Comme j’Ă©tais curieux de dĂ©couvrir son corps, je lĂ©chais tout de mes pieds Ă  ma tĂŞte, dĂ©couvrant des endroits que je n’aurais jamais imaginĂ© exister, puis je caressais sa grosse chatte avec mes doigts et y collais ma langue avec beaucoup de dĂ©sir, suçant le pepeka avec force, elle jouissait lĂ©gèrement dans ma bouche. Elle gĂ©missait et criait pour le plaisir. Puis j’ai mis mon doigt Ă  l’intĂ©rieur d’elle, me dĂ©plaçant lentement d’avant en arrière, elle s’est encore plus dĂ©formĂ©e.

J’ai augmentĂ© l’intensitĂ© de l’aller-retour en bougeant mon doigt très fort et j’ai senti sa chatte se mouiller de plus en plus et elle n’arrĂŞtait pas de se tortiller et hurler. Puis elle m’a sucĂ©, j’ai cru que j’Ă©tais faible et je lui ai demandĂ© d’avaler ma bite partout, elle est revenue Ă  elle, elle l’a fait et j’ai dit : « C’est comme ça, c’est super !

J’ai essayĂ© de laisser mes rouleaux très dur, elle a commencĂ© Ă  s’asseoir lentement et Ă  donner ce tour savoureux, cette excitation qu’il m’a donnĂ©. Puis, elle est descendue de ma tourterelle et y a fait une très bonne orale, disant que ça ne cesserait que de sucer quand elle me le demandait, elle Ă©tait folle… gĂ©missant… hurlant… hurlant…

Elle s’est complètement rendue et m’a demandĂ© de la manger en disant : « Je veux sentir ta bite en elle. Elle est vilaine. Vas-y.

J’ai lentement enfoncĂ© ma tourterelle en sentant le mouvement et puis je l’ai frappĂ©e assez fort jusqu’Ă  ce que je me moque de sa chatte et elle a dit :

« Comme c’est mignon, tu t’es mĂŞme moquĂ© d’elle. Quel vaurien tu fais ! J’Ă©tais dans un Ă©tat d’extase. Le temps que nous ayons terminĂ©, il Ă©tait dĂ©jĂ  l’aube, huit heures merveilleuses avec peu de pauses et beaucoup de romance. Nous avons pris un bain Ă  la fois et je suis partie avec elle parce que nous devions travailler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *