Les amis de ma mère

By | 16 de novembre, 2019

C’est à l’âge de 18 ans que j’ai commencé ma vie sexuelle active. Et c’était avec une amie de ma mère. Elle serait chargée non seulement de m’inaugurer dans le monde du sexe adulte, mais aussi de le dire à ses autres amis, me transformant en une sorte d’objet sexuel pour un petit groupe de femmes. Littéralement parlant, à la fin de mon adolescence, je me suis retrouvée à calmer les besoins sexuels de plusieurs femmes mariées qui voyaient en moi un jeune homme désirable, qui répondait aux désirs et aux besoins sexuels peu pris en charge par leurs maris.

Ma mère avait un groupe d’amis, cinq ou six, qui se rencontraient pour jouer aux cartes le samedi après-midi. Les dames, toutes dans la quarantaine, étaient d’anciennes camarades de classe. Ils se sont rassemblés dans notre maison, profitant sûrement de l’excuse du jeu pour passer un après-midi détendu, avec des souvenirs continus de leurs années étudiantes. Les rires, les histoires et, sûrement, les confessions d’aventures et autres péchés étaient fréquents. On pouvait le deviner parce qu’à certains moments le niveau sonore de leur conversation diminuait, parce qu’ils murmuraient des choses, puis explosaient de rire. Je n’avais pas de petite amie ou trop d’amis, alors il n’était pas rare pour moi d’être à la maison ces jours-là. Ma mère me demandait de l’aider pour certaines choses, comme préparer des collations. Je suis alors devenu un personnage régulier parmi eux. Je les ai préparés et j’ai apporté des sandwiches avec un verre. Ils m’ont remercié chaleureusement. Puis une relation cordiale s’est formée entre eux et moi.

Un jour, une de ces dames, que nous appellerons Mme M., m’a demandé devant ma mère :

-Jaime, tu peux me rendre un service avec mon ordinateur ? Il est bloqué en permanence et comme vous êtes si habile avec ces sujets, j’ai besoin que vous alliez chez moi pour que vous puissiez m’aider, pourriez-vous y aller demain ?
PROPOSÉ PAR @RADIOPOPULAR.PT
SPONSORISE
ACHETER
Radio populaire
39,99 € – MACHINE À CAFÉ CAPSULES KRUPS DG KP1108P10
RADIOPOPOPULAR.PT
Suspendre le ciblage publicitaire Adyoulike

Je n’aimais pas beaucoup la proposition parce que je savais déjà que ces choses se compliquent souvent, mais j’ai regardé ma mère et elle m’a regardé fixement et a semblé dire « attention, tu dis non ».

-Bien sûr que si, madame, je lui ai dit et on s’est mis d’accord sur l’heure à laquelle il partirait.

Le jour fixé, je suis allé chez lui et depuis qu’il a ouvert la porte, j’ai eu plusieurs surprises. La première, c’est qu’elle était habillée d’une façon très différente que d’habitude. Elle portait une robe rouge qui était très près de son corps et assez courte qui s’asseyait très bien sur elle. Je vous ai laissé deviner un corps appétissant, que je n’avais pas réparé bien avant. La deuxième surprise est qu’elle était seule dans la maison. Ni son mari ni sa fille adolescente n’étaient présents. Je me suis assis avec elle sur l’ordinateur et j’ai fait un peu d’entretien de routine. Heureusement, l’équipe a bien réagi et les dégâts ont disparu. Elle était très reconnaissante. Elle m’a embrassé chaudement et m’a embrassé sur la joue.

-Merci beaucoup Jaime. Vous m’avez beaucoup aidé. Comment vais-je vous payer ? -La dame m’a dit d’une manière picaresque. À ce moment-là, j’étais plus que confus. La vision de son corps sexy nouvellement découvert par moi ajoutait au fait que j’étais seule et pour compléter l’affaire si proche qui me donnait, conjugué dans mon esprit jeune et fou et m’a convaincu que peut-être quelque chose de sexuel pourrait arriver entre elle et moi. Elle a commencé une érection sur mon pénis qui a rapidement progressé jusqu’à être facilement remarqué. J’ai alors fait un geste risqué. J’ai posé ma main sur sa cuisse avec l’intention de la retirer rapidement si elle protestait, en même temps que je lui disais :

-Vous n’avez rien à me payer, Madame M.

Elle a immédiatement remarqué ce qui se passait. Elle a courbé les sourcils quand elle a remarqué ma bosse à l’entrejambe, mais elle n’a pas enlevé ma main. Elle sourit et se mit délicatement à me caresser le cou et me dit :

-Je vois qu’il te manque une petite amie.

-Oui, madame, j’ai réussi à bavarder.

Elle n’a rien fait pendant un moment. Elle était probablement en train d’évaluer ce qu’elle allait faire de moi. J’ai osé déplacer ma main autour de sa cuisse, la faisant glisser le long de sa jambe jusqu’au bord de sa jupe. J’ai essayé de continuer avec ma main sous la jupe, mais elle m’a arrêté.

-Écoute Jaime. Je veux que tu me promettes une chose. Je ne veux pas que tu dises à qui que ce soit ce qu’on va faire. C’est clair ?

Oui, madame, je vous promets, » répondis-je.

-En guise de remerciement pour votre faveur, je vais vous faire une autre faveur.

Cela dit, elle a commencé à défaire la ceinture de mon pantalon. Je l’ai vite aidée à défaire sa ceinture et à baisser mon pantalon et mes sous-vêtements. Mon pénis était déjà complètement érigé. Je n’oublierai jamais l’expression de son visage quand je verrai mon arme prête au combat. Son visage surpris ne laissait aucune place au doute. Il aimait ce que je voyais.

-Wow, tu es un vrai homme ! – il m’a dit, puis il m’a pris par la main et m’a dit :

-Changement de plans. C’est pourquoi il m’a emmené, pantalon baissé, à la hâte dans sa chambre.

Une fois là-bas, la dame m’a complètement déshabillée, elle s’est déshabillée et m’a donné une classe de maître en sexe. C’était une grande enseignante. Et j’étais une étudiante très dévouée. Nous avons passé non seulement cet après-midi-là, mais beaucoup d’autres à jouer au fabuleux jeu du sexe. Elle m’a appris tous les trucs, toutes les positions et toutes les façons imaginables de faire l’amour. J’ai appris à tenir mon écoulement le plus longtemps possible, jusqu’à ce que j’atteigne l’orgasme pour la première fois. J’ai appris à faire l’amour oral qui a invariablement conduit à des orgasmes mémorables d’eux. J’ai appris comment réaliser d’agréables pénétrations anales pour eux, comment réaliser les préliminaires qui font que votre partenaire ne refuse absolument rien. J’ai dit à ma mère que j’allais réparer l’ordinateur de Mme M. pour qu’elle ne soupçonne rien.

Paradoxalement, c’est elle qui ne savait pas garder le secret. Elle ne pouvait pas le supporter. Elle a parlé de mon talent à l’un de ses camarades de classe et celle-ci l’a dit aux autres. Bientôt, j’ai été au centre de l’attention dans les réunions. Sans que ma mère s’en aperçoive, ils marmonnaient à mon sujet. Et, bien sûr, les ordinateurs de tout le monde ont commencé à tomber en panne. Je suis devenu le gars qui les a réparés et ils m’ont payé avec leur amour. Ils ont dû planifier eux-mêmes qui allait profiter de mes faveurs. Ils se sont relayés, et même certains d’entre eux m’ont avoué qu’ils organisaient des tirages au sort où le plus gros prix était moi. C’était un grand moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *