La première fois que j’ai trahi mon mari

By | 11 de novembre, 2019

C’était une chaude nuit d’été quand nous marchions pratiquement sans vêtements et ce jour-là j’avais envie de porter une robe courte et bien décolletée mais sans sous-vêtements. Ce jour-là, j’avais envie de sentir le vent me caresser les naguedas et la vulve qui se cachaient sous cette petite robe de roue et bien décolletée. Je me suis réveillé et je brûlais d’horreur. Mon mari était retourné en ville parce qu’il devait résoudre des problèmes urgents dans l’entreprise et je me suis réveillé avec plus d’excitation que jamais. Il brûlait… J’étais tout un volcan en éruption.

La veille au soir, j’ai eu un site pour cherche un plan cul très chaud.

Ce jour-là, j’avais besoin d’être possédé par un étranger par quelqu’un qui pouvait calmer ma trique et mon feu intérieur. J’ai quitté la maison au milieu de la matinée avec ma petite robe et sans sous-vêtements. Mon vagin était tout à fait rouge avec excité et quand j’ai quitté la rue j’ai senti cette brise de mer typique des zones côtières. J’ai senti un petit frisson dans la colonne vertébrale, ce qui n’était pas du froid mais du plaisir….. du plaisir de sentir le vent me caresser. Je n’avais pas de plan précis pour avoir des relations sexuelles ou une situation excitante. Le seul but était de partir sans destin et sans projets et de donner des ailes à mon imagination.

Comme je n’avais pas encore pris de café, j’ai décidé de m’arrêter sur une terrasse au bord de la mer pour prendre le petit-déjeuner et jeter un coup d’oeil aux magazines du cœur, qui sont remplis de célébrités bronzées qui posent maintenant en bikini sur la plage, ou apparaissent les nuits les plus chaudes de notre algarve. J’ai choisi 3 magazines roses et une table au hasard. J’ai regardé autour de moi comme une lionne avide de viande fraîche, mais en fait il n’y avait rien d’intéressant. L’esplanade était calme et peu fréquentée. Il n’y avait qu’un homme d’âge moyen, en arrière-plan, qui, en lisant le journal, exhalait de grands nuages de fumée à travers sa pipe brunâtre et élégante. Rien d’intéressant.

Après avoir bu le café et feuilleté quelques pages des célèbres pinacles… voilà quelqu’un, et d’ailleurs très intéressant à première vue. C’était un homme d’une quarantaine d’années, qui se faisait remarquer comme un sportif et modérément musclé. Il avait le teint foncé, les cheveux courts, le nez légèrement pointu, un short, des mocassins et un t-shirt à bec blanc. On pouvait voir les pectoraux sous cette chemise en coton blanc. Le short prévoyait des jambes masculines, sombres et bien musclées. Le safadão a regardé autour de lui et a arrêté de me regarder, déguisé et s’est rendu au comptoir pour prendre un journal. Il est allé au fond de l’esplanade pour regarder la mer et la plage et s’est arrêté quelques secondes avant de s’asseoir à une table et… de me faire face. Cornée. Très excitée. Ma respiration est devenue plus essoufflée, le cœur a commencé à pomper le sang avec toute la force et ma petite souris était brûlante et impatiente de commencer à expulser la lave radieux ici.

Le gentil a enlevé ses lunettes de soleil et a apprécié mes jambes et mon décolleté. Il n’a même pas pris la peine de déguiser ce regard lascif sur moi. J’ai tremblé. J’avais croisé les jambes qui, avec cette petite robe, me permettaient de prévoir toute la longueur de mes jambes. Je me suis laissé aller un instant, j’ai changé de position et je me suis distrait en lisant le magazine. Dès qu’il a senti mes jambes se détacher et le changement de côté a regardé immédiatement et compulsivement. Ses yeux ont failli sortir de ses orbites lorsqu’il a apprécié ce croisement de jambes qui pourrait bien ressembler à celui du film Fatal Instinct avec Sharon Stone et Michael Douglas. On m’a donné le coup d’envoi officiel des jeux de séduction avec cet inconnu qui semblait très intéressé par moi, mes jambes et mon décolleté suggestif.

J’ai posé le magazine sur la table et je me suis penché légèrement en avant pour montrer tout mon décolleté et quelle modestie de côté et très généreux et sans aucune sorte de chirurgie plastique. De la génétique pure. Il se remue immédiatement et jette un regard accablant et gourmand sur mes seins qui, à cette époque de l’année, étaient très sombres et ce matin-là avaient été généreusement hydratés. De la trique pure pour moi et pour ceux qui les ont appréciés. Je suis retourné à la position initiale et je me suis penché en arrière sur la chaise en soulevant légèrement le magazine vers le haut pour qu’il couvre légèrement mon visage mais ne couvre pas mon angle de vision sur cet homme, Lusitanien. D’une manière détendue et naturelle, j’ai décroisé mes jambes et je les ai légèrement ouvertes. En fait, ils n’étaient que peu nombreux et je ne pense pas qu’il pouvait encore voir quoi que ce soit, mais pour l’instant c’était le but : laisser travailler son imagination.

La réaction n’a pas attendu et il était maintenant plus nerveux que jamais. Je ne pouvais pas m’arrêter de chercher et j’ai essayé toutes les positions possibles pour obtenir l’angle parfait afin de voir mon vagin avide de sexe et une bonne bite dure qui me pénétrerait avec satiété. Je devenais aussi de plus en plus excité et je ne pouvais pas arrêter cette érection. J’ai ouvert un peu plus mes jambes. Cette fois, il devrait déjà commencer à voir quelque chose de plus. J’ai été rasé mais j’avais un beau risque que j’aime toujours quitter. Il a failli s’évanouir quand il a vu et s’est rendu compte que je n’avais pas de culotte. J’ai continué à regarder mon magazine et à sourire… à moitié nerveux et à moitié excité et ne tenant plus en place. Il avait aussi les jambes tendues et détendues et je pouvais parfaitement voir à quel point son membre était droit et voulait lever son short. Sa main caressait de temps en temps cet énorme volume sous ces shorts rouges et serrés. Cette vision était une érection – je voulais juste sentir ce membre viril, le sortir de son short et faire l’amour oral avec lui. Et puis offrez-lui ma chatte pour qu’elle pénètre dans la souffrance.

Il ne masquait plus le regard et regardait directement mes jambes. J’ai écarté les jambes encore plus et maintenant le spectacle était total. Il pouvait tout voir parfaitement. Il pouvait maintenant entrevoir mes lèvres vaginales qui couraient déjà et bavaient de tant d’excitation. Je ne pouvais plus non plus me déguiser et, d’une main, je tenais le magazine et, de l’autre main, je caressais discrètement mes seins. Maintenant, l’esplanade était encore plus déserte et juste un enfant derrière le comptoir qui écrivait frénétiquement au téléphone. Il commença à se montrer encore plus et se caressa de plus en plus. Je n’arrêtais pas de regarder et à chaque fois tu baves de plus en plus. Et voici, il sort son gros pénis dur par une jambe de son short et me le montre discrètement. Il a failli s’évanouir avec sa trique et l’excitation de voir la taille de son membre sur une énorme bûche de chair. Meat j’étais fou d’essayer de mettre dans mon four qui était déjà à mille degrés. Je ne pourrais pas me déguiser davantage. Je ne voulais plus le déguiser. J’ai discrètement laissé glisser ma main dans mon vagin et j’ai commencé à me caresser lentement et à lui laisser tout voir. Il fit de même et commença à caresser son pénis d’une manière frénétique mais discrète. Nous nous sommes regardés, tous les deux, pleins de trique et de désir. Je me mordais la lèvre inférieure et je regardais avec gourmandise ce grand membre gauche légèrement courbé. Quelle vision ! Comme c’est excitant ! Qu’est-ce que je fais ? Comment faire pénétrer cet homme lusitanien dans ma folie et déjà ?

J’ai regardé autour de moi et j’ai trouvé la solution parfaite. Mais cette partie, je vous la raconterai plus tard et en détail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *