Ma femme m’a surpris

By | 14 de novembre, 2019

Bonjour, j’ai 35 ans, je suis mari√©e √† ma femme‚Ķ Elle est tout simplement merveilleuse, polie, intelligente et tr√®s belle, blonde de 1.69 alt. 58kg, yeux l√©gers, corps tachet√©, jambes √©paisses, fesses d√©licieuses, grandes et tr√®s dures, et ce que je pr√©f√®re, une paire de seins √† envier, moyenne √† grande, naturelle, tr√®s dure, belle msm.

Nous avons toujours eu une excellente relation, avec peu de bagarres et beaucoup de plaisir. Nous sommes un couple qui aime beaucoup, nous aimons sortir et surtout voyager. Et c’est il y a 2 ans, lors d’un de ces voyages, que notre relation s’est arr√™t√©e. Nous c√©l√©brions 7 ans de mariage.

Nous avons s√©journ√© dans un magnifique chalet avec chemin√©e et tout le reste, nous sommes arriv√©s le chalet √©tait tout d√©cor√© et avec une bouteille de champagne qu’elle adore, nous √©tions sur le balcon du chalet buvant du champagne lorsque nous avons rencontr√© un couple qui √©tait dans le chalet voisin, un couple de m√©decins √† la fois 45 ans, tr√®s poli et beau, elle une belle couronne brune, et il une tr√®s belle couronne avec corps bien soign√©e pour l’√Ęge.

Nous nous sommes rencontr√©s ont parl√© environ 20 minutes au plus et ils sont entr√©s dans leur chalet, ma femme et moi avons continu√© sur le balcon du n√ītre.

La nuit, nous sommes all√©s dans un restaurant au centre de la ville et, par co√Įncidence, ils y sont arriv√©s.

Nous avons été invités à nous rejoindre et avons passé la nuit ensemble.

Pour que vous compreniez mieux l’histoire √† partir de maintenant, je vais vous raconter une partie de notre relation que vous devez conna√ģtre.

Nous avons toujours eu une relation au lit bien √©pic√©e avec beaucoup d’intimit√©, toujours avec beaucoup de baise, mais seulement entre nous n’a jamais rien roul√© +, elle aime dire des b√™tises au lit et j’aime ouvirūüėĀ. Parfois je lui demandais de fantasmer comme si elle le donnait √† un autre gars, elle adorait en parler, elle √©tait excit√©e quand elle m’a dit d’imaginer qu’elle su√ßait un autre ¬ę¬†rouleau¬†¬Ľ, alors qu’elle me su√ßait, on me demandait d’imaginer un autre gars en train de la manger l√† pendant qu’elle me su√ßait. Parfois, nous sortons et lui demandons de porter des v√™tements qui attirent l’attention, g√©n√©ralement blouse ou robe sans soutien-gorge, tissu l√©ger q marque les seins. Et elle aime √ßa aussi, mais c’√©tait juste une blague.

Et ce soir, quand nous sommes arriv√©s au chalet, nous parlions du couple que nous avons rencontr√©. Je lui avais achet√© une robe pour qu’elle puisse la porter une nuit qui serait la suivante et je lui avais aussi pris une chemise de sexe noire, transparente avec de la dentelle pour qu’elle me la porte. Elle a mis son pull ce soir, on s’est assis √† table pr√®s de la chemin√©e et on a ouvert un vin et on a commenc√© √† sortir ensemble, comme on l’aimait, avec beaucoup de pr√©liminaires, beaucoup de blagues pour stimuler les deux. Dans une de ces conversations, elle m’a demand√© d’une voix tr√®s sensuelle et d’un vilain petit gars.

  • √áa te plairait aujourd’hui ? Juste nous deux ou il y aura d’autres personnes ? Est-ce que je pourrai sucer un autre rouleau aujourd’hui ?

J’√©tais follement excit√©e comme toujours quand elle parle comme √ßa, c’est entr√© dans l’ambiance.

  • √ßa d√©pend, qui vas-tu sucer ? Tu penses d√©j√† √† quelqu’un de vilain ?

Elle peut être qui je veux ?

I : Bien s√Ľr, mais il faut avoir un gros rouleau √©pais.

Elle : Bien s√Ľr, d√®s que je l’aime, tr√®s grosse et √©paisse, je l’avale devant toi. Alors qu’est-ce que tu veux ?

Je : Vraiment, mon rêve, tu sais.

Elle : Je vais r√©aliser ton r√™ve alors, je vais sucer une tourterelle devant toi en te regardant. Mais vous ne verrez que √ßa. Tu vas rester assis l√† et regarder ta petite salope sucer une tourterelle. Comme c’est charmant. Pouvez-vous supporter de le voir ? Moi qui bave sur une tourterelle en avalant qu’elle te regarde ?

I : Je ne pense pas que vous aurez le courage, parlez. Je veux voir le moment o√Ļ r√©parer cette tourterelle, c’est la mettre devant vous. Tu vas sucer MSM ?

Elle : Range-le et paie pour le voir.

I : A quel point est-ce excitant de rester dans ce pull et de voir si quelqu’un passe par l√† pour vous voir comme √ßa ? Tu vois ce que je veux dire ?

Elle : Tu veux me montrer quelqu’un comme √ßa. Tu crois que √ßa va, que quelqu’un viendra me voir comme √ßa ?

Moi : Allons-y alors

On prend les verres et le vin est assis sur le balcon. Il n’y avait personne, il √©tait d√©j√† tard. Nous avons vu que la lumi√®re √©tait allum√©e dans leur chalet. J’√©tais fou qu’il aille la voir dehors, elle √©tait tr√®s savoureuse et avec un feu que vous ne croyez pas.

Personne n’est venu, il faisait froid, alors nous sommes entr√©s et elle m’a pouss√© dans mon lit et a commenc√© √† me frapper devant moi en me disant des salet√©s.

Elle : B√Ętard, je voulais qu’il sorte, non ? Je voulais qu’il regarde sa petite salope, non ? Vous alliez l’appeler ici ? Le ferait-il ? Tu voulais que je lui suce la bite ? Devant vous ? J’adorerais sucer cette tourterelle et tu restes assis l√† √† regarder ta petite chienne sucer la tourterelle. Mais j’en aurais quatre pour lui ici, au lit, comme √ßa. (elle en a eu quatre pour me montrer) est-ce que √ßa te plairait comme √ßa ? C’est comme √ßa qu’il me frappe le rouleau dans la chatte ? Tu veux du vilain ?

Il a pris ma tourterelle et a commenc√© √† sucer, on a couch√© ensemble toute la nuit comme √ßa, c’√©tait merveilleux.

Mais, c’√©tait le lendemain qui √©tait le point culminant de tout. C’√©tait le jour o√Ļ j’ai √©t√© cocu pour la premi√®re fois. C’√©tait sensationnel. Le meilleur de tout, c’est tout ce qui en est sorti satisfait, mieux que je ne l’imaginais. C’√©tait comme √ßa :

Nous nous sommes r√©veill√©s, sommes all√©s prendre un caf√©, sommes revenus et sommes rest√©s dans le chalet et quand il √©tait environ 14h nous avons d√©cid√© d’aller au centre ville. Je lui ai donn√© la robe que j’avais achet√©e en cadeau et je lui ai demand√© de l’accompagner. Elle l’ouvrit, l’habilla et dit :

Elle : Tu es s√Ľre que tu veux que je vienne avec cette robe ?

J’ai fait semblant de ne pas avoir grand-chose : pourquoi pas ? C’est magnifique. Il y a encore un d√©tail, n’est-ce pas ? Sans un beau soutien-gorge, tu sais que je d√©teste les soutiens-gorge.

Elle : Qu’est-ce que c’est, sans soutien-gorge ? J’aurai l’air d’une pute. C’est ce que tu veux, vilain gar√ßon. Tu le sais bien. Pour mon bien, j’y vais.

Elle a mis la robe, qui √©tait tr√®s coladinho, noire, courte, et une fermeture √©clair sur l’encolure qu’elle a laiss√© grande ouverte. Elle a mis une botte noire √† talons tr√®s hauts, et une culotte noire avec une tr√®s petite dentelle sur le dos. C’est comme √ßa que j’ai r√™v√©. D√©licieux. On est all√©s se promener. Il n’y en avait pas un qui ne regardait pas, m√™me les femmes regardaient. Ce n’√©tait pas commun, c’√©tait tr√®s sexy. Mais ce n’√©tait pas vulgaire.

Je savais que nous allions rencontrer le couple voisin pendant une heure.

Il n’y en avait pas d’autre.

Vers 17 h, nous les avons vus assis dans un bar avec de la musique en direct, nous sommes entr√©s et nous nous sommes assis avec eux. Il ne pouvait pas le d√©guiser, il ne pouvait pas le quitter des yeux. Je lui ai demand√© d’insinuer, mais sans que sa femme s’en aper√ßoive. Il est devenu fou. Il commen√ßait √† faire froid. Nous avons d√©cid√© de partir. Je les ai invit√©s tous les deux √† boire du vin dans notre chalet. Ils √©taient √† bord.

Ma femme avait un peu peur, elle a r√©alis√© que j’√©tais pr√™t √† le faire ce jour-l√†. Ils sont pass√©s pr√®s de leur chalet et apr√®s environ 30 minutes, ils sont arriv√©s. Nous sommes rest√©s longtemps sur le balcon √† parler. Il commen√ßait √† faire tr√®s froid. Nous avons d√©cid√© d’aller √† l’int√©rieur et de rester pr√®s de la chemin√©e. C’√©tait 20h. Vers 23 heures, nous √©tions tous beaucoup plus heureux, j’√©tais d’accord avec ma femme pour essayer de d√©marrer une entreprise plus sale, elle avec des intentions malveillantes a √©t√© clair. J’ai commenc√© √† m’inqui√©ter avec un peu de peur. J’ai vu que j’avais de grandes chances qu’il se passe quelque chose. Quand j’en ai eu l’occasion, j’ai dit quelque chose pour essayer d’amener la conversation o√Ļ nous le voulions.

Quand le voisin de notre chalet nous a dit qu’il avait fait une promenade en quad le matin et qu’il avait mal au corps. C’est ce que j’ai fait :

Moi : Ma femme est une grande masseuse.

Elle m’a regard√© sans comprendre, mais je suis dans le jeu.

Elle : Je ne suis rien, il le pense.

I : Oui, c’est vrai, elle le sait.

Elle : J’aime m√™me masser, mais je ne pense pas √™tre tr√®s dou√©e.

La femme du m√©decin, une brune, doit avoir 1,70 d’alt. beau corps, tr√®s agr√©able √† dire la v√©rit√©. Elle a dit :

  • Je l’aurai, j’adore le massage.

Moi : lui faire un peu de mon amour pour voir si elle l’aime‚Ķ.

Cette brune √©tait couch√©e sur le lit avec son dos et ma femme s’est assise sur son dos et a commenc√© √† lui masser le dos.

Le docteur et moi nous sommes assis et nous avons apprécié.

Ma femme, assise aux fesses de sa femme, les jambes grandes ouvertes, avait presque quatre ans pour masser ses √©paules. La robe montait tout le temps en montrant beaucoup de fesses‚Ķ‚Ķ‚Ķ Le type est devenu fou‚Ķ jusqu’√† ce que ma femme me demande de prendre l’huile de massage que nous avions prise. Il a demand√© √† la femme d’enlever son chemisier et de continuer sur le dos, lui a demand√© si elle pouvait enlever son pantalon‚Ķ‚Ķ

Elle s’est ensuite retourn√©e et a demand√© √† son mari si elle pouvait‚Ķ et il a rapidement dit oui.

Cette belle femme n’avait que sa culotte sur le dos. Culotte coinc√©e dans les fesses joliment sur√©lev√©es‚Ķ‚Ķ‚Ķ

Ma femme l’a enduite d’huile et l’a mass√©e partout. Quand c’√©tait fini, ma femme a rapidement demand√© √† l’homme s’il le voulait maintenant, et sa femme enthousiaste lui a dit :

  • peut venir qui va aimer, elle est bonne msm.

Le temps était déjà en feu. Tout le monde était déjà en feu avec une intention différente.

Ma femme a dit √† la femme qu’elle venait de faire le massage de ne pas mettre les v√™tements qui √©taient encore avec de l’huile sur son corps, elle a offert le pull que je lui ai donn√© en cadeau‚Ķ Elle a accept√© et il √©tait d√©licieux. Elle √©tait assise √† c√īt√© de moi et son mari √©tait allong√© sur le lit‚Ķ‚Ķ.

Ma femme m’a alors demand√© d’enlever la chemise et l’a enduit d’huile et a commenc√© √† masser.

La femme du type lui a alors demandé :

  • Elle est dou√©e, n’est-ce pas ?

J’ai vu que la question √©tait d’une importance douteuse. Mais personne n’a rien dit. Jusqu’√† ce qu’il r√©ponde :

  • Tr√®s bien, bon MSM.

J’ai remarqu√© que la femme n’arr√™tait pas de regarder le corps de ma petite pute‚Ķ‚Ķ

Ma femme a demandé au garçon si ses jambes lui faisaient mal aussi. Il a dit oui.

Puis elle lui a dit d’enlever son pantalon, il l’a enlev√© et est rest√© dans son pantalon‚Ķ Ma femme lui a demand√© de se tenir devant elle. C’√©tait un tr√®s bon moment et c’√©tait un peu dr√īle et embarrassant. Quand il s’est retourn√©, les rouleaux ont √©clat√©, voulant sauter hors de son pantalon.

Personne n’a rien dit, c’√©tait un peu √©trange, mais tout le monde en profitait‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ‚Ķ.. Ma vilaine fille s’assit sur ses jambes √† la hauteur de la cannelle, et se mit √† masser ses cuisses et √† passer la main tr√®s noire de la tourterelle, parfois arr√™t√©e‚Ķ Elle se mit alors √† faire la grimace, √† mordre la l√®vre.

Elle a dit qu’il ne manquait que son √©paule pour se faire masser, puis elle est mont√©e assise litt√©ralement sur sa tourterelle et a commenc√© √† lui masser les √©paules. Mais, elle a fait le mouvement comme si elle √©tait assise sur sa tourterelle et il a commenc√© √† se lever comme s’il la mangeait.

Puis la conversation sur la savane a commencé.

Il : Wow, quel massage il a vu. Elle est bonne msm.

Ma femme : Vous appréciez MSM ?

Il : Très

Je t’ai dit qu’elle √©tait bonne.

La femme du gars : Ici pour nous, pas seulement vous, mais comment toute la ville a pens√© qu’elle √©tait bonne, non ? Elle rit.

I : Mais elle est dou√©e, non ? J’ai eu beaucoup de chance, n’est-ce pas ?

La femme du type : Lucky ? Tu as gagné dans la méga. Quelle femme ! Je suis impressionné par son corps. Fesses dures.

Ma femme : Qu’est-ce qu’il y a, vous ne trouvez pas ? J’ai beaucoup de travail √† faire pour que mes fesses aillent mieux.

Moi : nos gens ici ressemblent à ces couples Swing et rient.

Ma femme : C’est MSM. Si quelqu’un vient ici et me voit assis sur lui et que vous regardez. C’est ce que vous allez penser, msm.

Moi : Tu vas bien. Ma femme et moi en avons déjà parlé.

La femme du type : Nous avons aussi parl√©, √ßa doit √™tre √©trange, non ? Voir sa femme avec quelqu’un d’autre.

I : Pour vous dire la v√©rit√©, j’aime √ßa. Pour √™tre honn√™te, j’appr√©cie m√™me la sc√®ne. Et rire

L’Homme : Puisque tu aimes √ßa, tu peux continuer pour moi.

La femme du gars de la sono : c’est un vilain gar√ßon, pour toi, il est cool, non ? Une blonde est assise sur toi, tu aimes √ßa, non ? Tu n’es pas jaloux, n’est-ce pas ?

Moi : non, à vrai dire, je suis excitée.

La femme du type : il aime √ßa, il devient fou. Son r√™ve est de me voir avec quelqu’un d’autre. Tu veux le voir devenir fou ? Excusez-moi‚Ķ.

Ma petite chienne en a eu quatre avec sa bouche au moment de son lancer et a commencé à nous caresser en nous regardant.

Ma femme : Regarde, il aime √ßa. Tu n’aimes pas √ßa ? Qu’est-ce que tu voulais voir ? Moi avec un autre rouleau dans la main ? Ou tu veux que je le mette dans ma bouche ? Il a commenc√© √† embrasser et √† √©taler sa langue sur sa tourterelle.

C’est le cas ? Tu veux que je suce MSM ? C’est ce qu’il voulait. Gros et √©pais. Peux-tu ?

La femme du type a dit oui.

Ma femme s’est mise √† sucer comme je n’avais jamais vu auparavant, √† baver sur sa tourterelle, √† avaler tout √ßa en me regardant. Elle l’a sorti lentement et m’a demand√© si √ßa me plaisait.

Après environ 20 minutes à sucer ce rouleau. Il a gagné un compliment.

L’homme : En plus de bien masser, il est tr√®s savoureux.

Et il a commenc√© √† frapper la tourterelle sur son visage‚Ķ‚Ķ Viens l’aider.

Sa femme a alors commencé à le sucer, lui et ma petite chienne.

Il m’a demand√© si je ne voulais pas sucer ma pute dans cette position.

Avant de r√©pondre, ma femme m’a dit :

Il va juste voir. Aujourd’hui, je suis √† toi. Il va juste voir sa petite salope, n’est-ce pas ?

√áa m’a rendu fou‚Ķ‚Ķ. La m√©chante femme de l’homme lui a alors demand√© comment il voulait la voir.

Ma femme a répondu :

-Il en aime quatre, et son r√™ve. Tu m’en manges quatre pour qu’il puisse me voir ?

Patr√≠cia a relev√© sa robe, m’a regard√© et m’a demand√©.

  • Tu vas la laisser faire ? Tu veux voir cette √©paisse tourterelle se faire la chatte de ta femme ? Il l’a gifl√©e et lui a parl√©.
  • profite de cette chatte donc le code est savoureux pro corpinho pro corpinho elle voir.

Il était déjà en extase.

Il commença à lui donner des coups de poing sur les rouleaux et elle gémit encore plus fort.

Il parlait tout le temps qu’il adorait √ßa.

Il m’a demand√© si j’aimais voir cette petite salope se faire fusionner par une autre.

Elle a commenc√© √† s’asseoir sur sa tourterelle comme elle ne l’avait jamais fait.

Il l’a mang√©e tr√®s savoureuse.

Quand elle est all√©e se moquer, elle a demand√© √† se moquer dans sa bouche. Elle est venue √† mes c√īt√©s et a commenc√© √† sucer de mon c√īt√©. Je lui demande du lait. Jusqu’√† ce qu’il verse dans sa bouche, elle essuyait sa bite partout et ensuite avec une bouche pleine me demandant si j’√©tais satisfait, j’embrasse tr√®s savoureux. Puis ils ont couch√© ensemble toute la nuit.

C’√©tait merveilleux !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *